FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1433) Dérivé de offense avec le suffixe -er, plutôt que directement emprunté au latin offensare, fréquentatif de offendere (« heurter »), qui donne l’ancien français offendre (« contrevenir, offenser »).

Verbe Modifier

offenser \ɔ.fɑ̃.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’offenser)

  1. Outrager quelqu’un par une offense.
    • Le cocher, un jeune homme vêtu à peu près comme un paysan, me cria dans le bruit de la voiture qui s’ébranlait à nouveau : « Sans intention de vous offenser ! » — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, page 46)
    • Offenserais-je le Très-Haut si à la messe dimanche prochain, j'ai pour mes paroissiens une intention particulière ? — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il l’a gravement offensé.
    • Offenser la mémoire
  2. Blesser.
    • Un son trop aigre offense l’oreille.
  3. (Figuré) Blesser, choquer.
    • De telles paroles offensent les oreilles.
    • Les louanges excessives offensent la modestie.
    • Offenser la bienséance.
  4. (Figuré) Incommoder, troubler.
    • Accoudée à la fenêtre basse, je respire l’odeur humaine, aggravée de fleur morte et de pétrole, qui offense le jardin. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 63.)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier