Voir aussi : Reversi

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1609) De l’italien rovescina, du latin retroversus, reversus.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
reversi reversis
\ʁə.vɛʁ.si\

reversi \ʁə.vɛʁ.si\ masculin

  1. Sorte de jeu de cartesgagne celui qui fait le moins de levées, au rebours de la règle ordinaire.
    • REVERSI ; ſubſtantif masculin. Sorte de jeu des cartes où celui qui fait le moins de points & le moins de mains eſt celui qui gagne, & ou [sic] le valet de cœur quon [sic] appelle le quinola, eſt la plus intéreſſante. Pour jouer le reverſi, on peut être quatre ou cinq personnes. — (Le Grand Vocabulaire françois, tome vingt-cinquième, Paris, 1773)
    • REVERSI ou REVERSIS, s. m. sorte de jeu de cartes qui vient d’Espagne, où il s’appelle la ganna pierde, qui perd gagne, parce qu’à ce jeu, au revers de tous les autres, c’est celui qui fait le moins de levées qui gagne le plus.
      « Avant l’usage des carrosses, les dames se servaient de chariots ou de litières pour les voyages de long cours ; elles montaient à cheval, lorsqu’elles n’allaient pas loin. Pour prévenir le danger que leur peu d’expérience pouvait occasionner, elles faisaient monter un écuyer ou valet qui se mettait en selle. Elles s’asseyaient sur la croupe, et tenaient leur conducteur par le corps avec la main droite. Cet écuyer ou meneur de dames s’appelait
      guinola, du mot celtique cinnol ou kinnol, qui veut dire soutenir, servir d’appui. M. Bullet prétend que cet usage a fait naître l’idée du jeu de reversi. Le roi, dans la plupart des jeux, est la carte dominante ; on voulut que dans celui-ci ce fût un écuyer ou un valet. On chosit [sic : choisit] dans cet ordre celui qui pouvait le mieux représenter l’écuyer conducteur des dames, et pour cela on fit choix du valet de cœur, parce qu’on supposait que les dames ne prenaient pour écuyer qu’une personne qui leur était agréable. On donna à ce valet le nom de quinola. » Annal. litt. 1757. — (François Noël, ‎L. J. Carpentier, Philologie française ou dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique, littéraire, tome second, Le Normant Père, Libraire, Paris, 1831)
    • Sorte de jeu de cartes où celui des joueurs qui fait le moins de levées gagne la partie, et où le valet de cœur, qu’on nomme le Quinola, est la carte principale. Le reversi se joue à quatre personnes. — (Dictionnaire de l’Académie française, 1835)
    • Beaucoup de gens ont envié la douce existence de ce vieux garçon, pleine de parties de boston, de trictrac, de reversi, de wisk et de piquet bien jouées. — (Honoré de Balzac, La Vieille Fille, 1836)
  2. À ce jeu, coup qui consiste à faire toutes les levées, et qui, par une exception à la règle ordinaire, procure le gain de la partie.
    • On dit, faire le reverſi ; pour dire, faire toutes les levées. Quand on fait le reverſi on gagne la poule. — (Le Grand Vocabulaire françois, tome vingt-cinquième, Paris, 1773)
    • Faire le reversi.
  3. Autre graphie du nom du jeu de Reversi Othello.

Variantes orthographiquesModifier

  • reversis (Moins courant)
  • reversy (XVIIe siècle)
    • La jeune Iris n’a de soucy
      Que pour le jeu du
      reversy,
      De son cœur il s’est rendu maistre.
      À voir tout le plaisir qu’elle a
      Quand elle tient un quinola,
      Heureux celuy qui pourroit l’estre !
      — (Alexis Paulin, Recueil complet des poésies de Saint-Pavin, J. Techener, Libraire, Paris, 1861)

Voir aussiModifier

  • reversi sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

EspérantoModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Composé de la racine revers et de la finale -i.

Verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe reversi
Infinitif reversi

reversi \re.ˈver.si\ transitif

  1. Retourner.

PrononciationModifier