Voir aussi : soûler

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de soul.

Verbe Modifier

souler \su.le\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe rectifiée de 1990) (pronominal : se souler)

  1. (Vieilli) (Populaire) Variante orthographique de saouler : rassasier jusqu’à l’excès, gorger de vin, de viande.
    • Il aime le gibier, le poisson, on l’en a soulé.
    • J’aime ce mets, je m’en suis soulé.
    • (Figuré) Souler ses yeux de sang, de carnage : Prendre plaisir à voir répandre le sang.
    • (Figuré) Se souler de plaisirs, de toutes sortes de plaisirs : Prendre toutes sortes de plaisirs avec excès.
  2. S’emploie absolument et signifie enivrer.
    • On l’a tant fait boire qu’on l’a soulé.
    • Il s’est soulé.
  3. (Familier) Exaspérer quelqu'un.
    • Arrête, tu me soules !

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

→ voir saouler

PrononciationModifier

NormandModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français *souleir correspondant à souloir ailleurs dans le domaine d'oïl (ce mot est resté assez commun dans toute la Normandie, le Dictionnaire français-normand / normand-français des éditions du patrimoine normand l'écrit en orthographe Lechanteur soulaer en 2016, le jerriais l'écrit soulaie), de latin solere, infinitif de soleo.

Verbe Modifier

souler

  1. (Rouen) (Pays de Bray) (Pays de Caux) Souloir, avoir l'habitude de, avoir coutume de.

Variantes orthographiquesModifier

RéférencesModifier

  • Alexandre Héron, Glossaire de la Muse normande de David Ferrand: dictionnaire du parler de Caux (patois normand), Slatkine Reprints (réimpression de l'édition de Rouen de 1891-1895), 1969