exaspérer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin exasperare (« rendre rugueux, âpre », et au figuré « irriter, exaspérer »). Apparenté à âpre et aspérité.

Verbe Modifier

exaspérer \ɛɡ.zas.pe.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’exaspérer)

  1. Augmenter, accroître, aviver, exacerber.
    • Et son désespoir n’avait rien d’humain;
      Pareil au foyer que l’huile exaspère,
      Son courroux croissait, […]
      — (Paul Verlaine, Poèmes saturniens)
    • Dès le lendemain du crime, je devins éperdument amoureux de Rosalie. Je songeai aussitôt à en faire ma maîtresse, mais je me heurtai à une résistance entêtée et joviale, qui exaspéra et redoubla ma passion. — (Octave Mirbeau, Le colporteur)
    • C’était un pays plus libre et plus sauvage, où la terre, laissant affleurer sa surface pure, semblait nous inviter, en exaspérant d’elle-même notre vitesse, à nous rendre sensible comme du doigt sa seule courbure austère. — (Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, José Corti, 1951)
    • […] François se dévoyait auprès des filles publiques, […]. On dit que ces professionnelles ont des charmes secrets, des recettes magiques pour exaspérer la volupté de leurs clients et leur procurer des extases sans pareilles […]. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  2. (Médecine) Rendre un mal encore plus intense.
    • La trop grande chaleur exaspérait les souffrances du malade.
  3. Aigrir, énerver, irriter à l’excès.
    • Abd-el-Kader voyait bien que sa femme ne l'aimait point, et cela l'exaspérait. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • La richesse des Roudier et des Granoux exaspérait Aristide au point de lui faire perdre toute prudence. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, chapitre III ; réédition 1879, page 98)

SynonymesModifier

→ voir casser les couilles

DérivésModifier

TraductionsModifier

HomophonesModifier

ParonymesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier