FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) (1690) Du latin stamen (« fil »)
(Nom 2) (1160) Attesté sous la forme estamine, du latin staminea (« [étoffe] de fil », « chemise de fil de laine portée par les moines »), féminin de stamineus (« garni de fil ») → voir étaim.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
étamine étamines
\e.ta.min\
 
Étamines d’une fleur d’Amaryllis

étamine \e.ta.min\ féminin

  1. (Botanique) Organe mâle de la fleur produisant le pollen. Les étamines se composent d’une partie allongée (le filet) et d’une partie supérieure renflée (l’anthère).
    • À Bourges, j'ai vu danser sur un vitrail une Salomé vêtue de pourpre; elle allait, sautant sur les mains, creusant les reins; et ses jambes pendaient au-dessus de sa tête comme deux étamines issues d'un lis rouge. — (Maurice Bedel, Traité du plaisir, 1945)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
étamine étamines
\etamin\

étamine féminin

  1. Étoffe mince, légère et souple.
    • Le pavillon claquait avec un bruit sec, et son étamine menaçait de se couper et de s’envoler en lambeaux dans le fond de la rade. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Sur les vaisseaux, la girouette est une bande de toile légère ou d’étamine, cousue et montée sur l’équinette, ou espèce de bâti en bois, placé à la tête des mâts, et plus généralement au grand mât seulement. — (Merlin, « Girouette » (part. 2), dans le Dictionnaire de la conversation et de la lecture, 2e édition refondue, tome 10, Paris : chez Firmin Didot frères, fils & Cie, 1868, page 323)
    • Encore quelques instants, et sous le souffle de la rafale, qui tordait les flammes comme l’étamine d’un pavillon, la ragged-school ne serait plus qu’une caverne de feu, un tourbillon de vapeurs incandescentes. — (Jules Verne, P’tit Bonhomme, ch. 5, J. Hetzel et Cie, Paris, Illustrations par Léon Benett, 1891)
    • Près d’elle, le premier clerc de l’étude, un géant osseux et ambitieux, comptait ses points sur l’étamine bien tendue d’un tambour. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, réédition Le Livre de Poche, 1960, page 79)
    • Une paix profonde règne dans la maison. Avec ses clairs rideaux d’étamine blanche, aux doubles fenêtres, cette salle à manger a l’aspect d’un parloir de couvent. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 21)
  2. Tissu à fines mailles, qui sert à tamiser des poudres, ou à filtrer des liquides.
    • Au moment de servir, déballez, débridez et dressez; passez à l’étamine le jus égoutté, ajoutez-le à une sauce financière demi-liée, et saucez les perdreaux. — (Paul-Benjamin Chareau, Science du bien vivre ou monographie de la cuisine, Paris : chez Martinon, 1844, page 168)
    • D’autre part, faire cuire un homard comme pour l’américaine; une fois cuit le décarapacer ; laisser réduire la cuisson ; la monter au beurre d’écrevisse et la passer à l’étamine. — (Joseph Favre, Dictionnaire universel de cuisine pratique)

DérivésModifier

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • étamine sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier