allumette

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Provient du verbe allumer. Ce nom commun a été créé en 1213 pour désigner des bûchettes qui servaient de petit bois pour démarrer le feu.
(Pâtisserie) (mi XIXe siècle) Nom donné par Planta, pâtissier suisse installé à Dinan au gâteau qu'il créa, en raison de sa forme allongée.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
allumette allumettes
\a.ly.mɛt\
 
Allumette enflammée

allumette \a.ly.mɛt\ féminin

  1. Bâtonnet de bois ou de carton recouvert, à une extrémité, d'un produit inflammable.
    • Je m’apprête à allumer la lampe. Je frotte une allumette. Elle ne prend pas, le phosphore s’écaille, elle se casse. Je la jette, et, un peu las, j’attends… — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • On lui avait toujours dit que les allumettes étaient dangereuses pour deux raisons : parce qu’elles étaient du poison et parce qu’elles pouvaient mettre le feu. Par quoi allait-il commencer ? — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 143)
    • Les allumettes étaient toutes là, avec une tête rouge. Il ne put s’habituer à l’idée qu’elles étaient de simples allumettes. Il ne put s’empêcher de les caresser du bout des doigts. Puis il serra la boîte dans sa main, de crainte qu’elles ne s’envolassent comme des oiseaux. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 143)
    • Jim se curait les ongles à l'aide d'une allumette. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • En parlant des cafés, on ne saurait passer sous silence le bar-tabac. Car en France, le tabac, les cigarettes, les allumettes, les timbres-poste, les timbres fiscaux et les vignettes-auto se vendent dans les bars-tabac. — (E. Wesley O'Neill, La France d'aujourd'hui: une anthologie de conférences, University of Maine Press, 1968, p. 48)
    • Gaston craque dans l'âtre une longue allumette nommée « togearde » puisque fabriquée par les paysans de Toges, un village de l'Argonne ardennaise. — (Yanny Hureaux, Le pain de suie, Jean-Claude Lattès, 1999)
  2. Pâtisserie composée de pâte feuilletée glacée au sucre.
    • Donnez moi deux allumettes et une tartelette à la fraise.
  3. (Cuisine) Morceau de viande taillé en allumette, généralement du porc.
  4. (Île Maurice) Petite quantité, en parlant d'alcool, en France on dit plutôt un doigt.
    • -Vous prendrez-bien un verre ? - Oui, alors juste une allumette.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier






ParonymesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier