Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Du latin coquina devenu cocīna, en bas latin. Attesté dans ses deux acceptions principales (« élaboration des mets » et « pièce où cuisiner ») en ancien français.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cuisine cuisines
\kɥi.zin\
 
Une cuisine. (sens n°1)

cuisine \kɥi.zin\ féminin

  1. (Architecture) Pièce où l’on prépare et fait cuire les aliments.
    • Zaheira disparut vers la cuisine, revint avec des plats alléchants, disposa gentiment l’eau et le pain sur la table. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
    • Gaspard vit avec joie la femme poser une soupière fumante sur la table de la cuisine. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Dans le centre-ville, elle est heureuse comme un poisson dans l'eau. Elle a son petit atelier, un beau salon, une chambre et une minuscule cuisine qui lui suffit pour elle toute seule. — (Paola Zannoner, Je veux être écrivain, traduit de l'italien par Stéphanie Bertamini, Éditions Prisma, 2014)
  2. (Par métonymie) Ensemble du personnel travaillant dans cette pièce à l’élaboration des plats.
  3. (Par métonymie) Ensemble d’ustensiles servant à préparer les aliments et qu’on peut transporter d’un lieu dans un autre.
    • La poussière de craie donnait soif et cet automne était chaud. Je me souviens d’avoir bu un jour peut-être dix quarts de bouillon brûlant pris à la cuisine roulante. — (Alain, Souvenirs de guerre, page 111, Hartmann, 1937)
  4. (Par extension) Ordinaire d’une maison, repas qu’on y prépare habituellement.
    • Cela intéressait vivement notre maître d’hôtel pourtant, car le voici ceint de son blanc tablier, la mine souriante, la bouche en cœur, le visage jambonné par la chaleur des fourneaux et venant connaître notre opinion sur sa cuisine. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  5. Action de préparer à manger.
    • Mais avec un petit poële net, propre, chauffé par l’électricité et pourvu de thermomètres, avec des températures absolument contrôlables et des écrans protecteurs, la cuisine pourrait devenir une distraction et un amusement même pour les dames âgées ou valétudinaires. — (H. G. Wells, Anticipations, 1901, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Société du Mercure de France, Paris, 1904)
    • Il me quitte ; il doit acheter du jambon et du vinaigre, car les officiers l’ont naturellement chargé de leur cuisine, comme ils en chargent immanquablement tout professeur, tout prêtre, tout poète. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
  6. (Cuisine) Art d’apprêter les mets, les aliments.
    • Ils étaient parfaitement d’accord, surtout sur la nécessité d’appeler toute la pharmacie de la nature au secours de la cuisine. Piments, poudres anglaises, safraniques, substances coloniales, poussières exotiques, tout leur eût semblé bon, voire le musc et l’encens. — (Charles Baudelaire, La Fanfarlo, 1847 ; Gallimard, 2012, collection Folio, page 61.)
    • C’est chez la veuve Thorsdal que j’appris à savourer les délices de la cuisine islandaise. Le dîner se composait invariablement de poisson bouilli. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 45)
    • Fierté des maîtresses de maison formées aux traditions familiales, la blanquette est, révérence gardée, à la cuisine française ce que Molière est au théâtre. Un symbole, un modèle éternel qui fait école, une sorte de mémoire collective. — (Sylvie Girard-Lagorce, Grandes et petites histoires de la gourmandise française: traditions et recettes, Plon, 2003, De Borée, 2005, page 95)
  7. (Figuré) (Familier) Manœuvre ; intrigue.
    • La cuisine électorale, parlementaire.

SynonymesModifier

Art d’apprêter les mets (6) :

Manœuvre (7) :

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   cuisine figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : maison.

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe cuisiner
Indicatif Présent je cuisine
il/elle/on cuisine
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je cuisine
qu’il/elle/on cuisine
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
cuisine

cuisine \kɥi.zin\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de cuisiner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de cuisiner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de cuisiner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de cuisiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de cuisiner.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Vers 1140) quisine (salle où l’on prépare la nourriture). Voir ci-dessus.

Nom commun Modifier

cuisine \Prononciation ?\ féminin

  1. Cuisine (pièce).
  2. Cuisine nourriture que l’on a préparée.

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français cuisine.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cuisine
\kwɪ.ˈzin\
ou \kwɪ.ˈziːn\
cuisines
\kwɪ.ˈzinz\
ou \kwɪ.ˈziːnz\

cuisine \kwɪ.ˈzin\ (États-Unis), \kwɪ.ˈziːn\ (Royaume-Uni)

  1. (Cuisine) Cuisine, art culinaire.

Quasi-synonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Voir aussiModifier

  • cuisine sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français cuisine.

Nom commun Modifier

cuisine \Prononciation ?\

  1. (Cuisine) Cuisine, art culinaire.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 73,9 % des Flamands,
  • 91,1 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]