Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du moyen français manger, de l’ancien français mangier, issu du latin manducare (« mâcher » et « manger » en latin populaire »), lui-même issu de mandere (« manger »). L’italien mangiare est sans conteste d’origine gallo-romane. Une évolution de manducare conforme aux lois de l’évolution phonétique de l’italien aurait donné *mandocare. De même, en occitan, manjar est dû à la langue d’oïl.

Verbe Modifier

 
Le vilain qui mangea le pain.

manger \mɑ̃.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mâcher et avaler un aliment dans le but de se nourrir.
    • Mangez donc, lui dit la jeune fille en lui servant un morceau de la hure d’un sanglier. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Sylvius avait déjà fait observer que les bœufs qui, pendant l'hiver, sont affectés de concrétions biliaires, se guérissent au printemps en mangeant les feuilles et les tiges de chiendent dans les pâturages. — (Le Chiendent - Triticum repens, dans la Revue de thérapeutique médico-chirurgicale, Paris : Dr Martin-Lauzer, 1865, page 17)
    • Tout dernièrement encore, un trois-mâts français, […], avait rebroussé chemin vers le Costa Rica, où il avait dû être condamné car sa coque était entièrement mangée par les tarets. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il mange lentement, handicapé par une mastication pénible, ne dit pas un mot, rit niaisement de loin en loin. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 213)
    • J’avais neuf ans et j’attrapais avec mon frère des sauterelles que nous faisions griller dans le jardin pour les manger. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • Il mangea quelques mûres qu’il trouva dans les ronces de la lisière, après quoi il chercha à s’orienter. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
  2. (Intransitif) (Par extension) Prendre un repas.
    • Ils mangent et boivent, font ripaille, remuent leurs membres, embrassent les filles, sonnent les cloches, s’emplissent de bruit : rudes bacchanales où l’homme se débride, et qui sont la consécration de la vie naturelle : les puritains ne s’y sont pas trompés. — (Hippolyte Taine, Histoire de la littérature anglaise, volume 1, 1856, page 255)
    • Aussi nous ne mangions pas tous les jours parce qu’il fallait d’abord que le père malade ne manquât de rien. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Au bout d’une vingtaine de mètres, il s’arrêta devant un restaurant, une boite à bon marché, et nous invita à entrer avec lui, histoire de manger et de boire un peu. — (Henry Miller, L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
  3. (Figuré) Consumer, dissiper en folles dépenses.
    • En quelques années il a mangé tout son patrimoine. - Il a mangé la dot de sa femme. - Il a mangé beaucoup d’argent.
    • Ils vous annoncent d’abord qu’ils sont des « fils de famille » en train de se ruiner ; ils sont à la veille de se voir donner un conseil judiciaire et, quand ils auront « tout mangé », ils se feront sauter la cervelle. — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, réédition Le Livre de Poche, page 42)
  4. (Figuré) Consumer en absorbant, en rongeant, en minant, en détruisant d’autres choses, en parlant des choses.
    • Ce poêle mange bien du charbon. Le soleil mange les couleurs. La rouille mange le fer.
  5. (Par analogie) Occuper une grande partie de quelque chose.

SynonymesModifier

Mâcher, avaler pour se nourrir (1)
Prendre un repas (2)

Quasi-synonymesModifier

Manger avec excès (Souvent péjoratif) (1)

AntonymesModifier

Prendre un repas (2)

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

HyponymesModifier

TroponymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
manger mangers
\mɑ̃.ʒe\

manger \mɑ̃.ʒe\ masculin

  1. Ce qu’on mange, ce dont on se nourrit.
    • Son hôtesse lui accommode son manger.
    • Il emporte avec lui son manger.
    • Un manger délicat.
    • C’est un manger de roi.
    • La facteur se hâte de rentrer pour le manger de midi. — ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, p. 92.)
  2. (Familier) Fait de se nourrir.
    • Il en perd le boire et le manger.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français mangeoire, manjoire, dérivé de mangier (« manger »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
manger
\ˈmeɪn.dʒɚ\
mangers
\ˈmeɪn.dʒɚz\
 
Manger.

manger \ˈmeɪndʒə(r)\

  1. Mangeoire.

DérivésModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

  • Cet article utilise des informations de l’article du Wiktionnaire en anglais, sous licence CC BY-SA 3.0 : manger.

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français mangier, issu du latin manducare (« mâcher »), et « manger » en latin populaire, lui-même issu de mandere (« manger »).

Verbe Modifier

manger \Prononciation ?\

  1. Manger.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

RéférencesModifier

  • Cet article utilise des informations de l’article du Wiktionnaire en anglais, sous licence CC BY-SA 3.0 : manger.