au risque de

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de au, risque et de.

Locution prépositive Modifier

au risque de \o ʁisk(ə) də\

  1. (Suivi d’un infinitif) En s’exposant au danger de.
    • Un soir, à un petit jeu, il lui a baisé la main ; on remarque que depuis elle ne permet plus, sous aucun prétexte et même au risque de paraître singulière, qu’on lui baise la main. — (Stendhal, De l’amour, 1822 ; édition Henri Martineau, Le Divan, 1927, p. 56)
    • La beauté de Sérafine ne manqua pas d’adorateurs, et plus d’un jeune gentilhomme, au risque de déplaire à sa belle voisine, jura sur sa moustache que c’était là une adorable fille. — (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, G. Charpentier, 1889, t. 1, chap. 5, p. 186)
    • Le chien redoubla de colère, debout sur ses pattes, et tirant sur son collier au risque de s’étrangler. — (Maurice Leblanc, La Mort qui rôde dans Les Confidences d’Arsène Lupin, Pierre Lafitte, 1921, p. 147)
  2. (Suivi d’un substantif) En s’exposant à une perte, un échec, un événement défavorable.
    • Au risque de ma vie, je suis déterminé à ne pas abandonner mon dessein. — (Alfred de Musset, La Nuit vénitienne, ou les Noces de Laurette, 1820, scène 3)
    • Il sautait d’un rocher à l’autre, au risque d’une entorse, au risque d’un écroulement dans la profondeur indistincte. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, J. Hetzel-Quantin, 1869, 1re partie, livre 1er, chap 7)
    • Au risque du naufrage, de la mort, de la famine, ils se proposaient de traverser l’Adriatique, de toucher le littoral albanais, Saint-Jean de Medua, ce coin de terre tragique, désolé par la guerre, la déroute, et que faisaient encore plus sinistre la pluie et les rigueurs d’une telle saison. — (Laurent Tailhade, Les Livres et les Hommes, G. Crès, 1917, p. 113)

SynonymesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier