chaparder

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) Mot issu de l’argot zouave. On cite[1] chat-pard comme étymon mais sans certitude[2].

Verbe Modifier

chaparder \ʃa.paʁ.de\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Rapiner, voler pour un maigre butin.
    • — Qu’a donc ce vieux ? se disaient les visiteurs. Quelqu’un aurait-il chapardé la pince à sucre ? — (Paul-Jean Toulet, Mon Amie Nane, 1922)
    • Ils chapardaient un peu quand cela se présentait, mais uniquement de la nourriture ou bien un vêtement dont ils avaient besoin. — (Jean-Louis Cotte, La Vallée des justes, Albin Michel, 1977, page 349)
    • Il « se débrouille », il trafique, il chaparde du petit matériel dans son entreprise. — (Jeune Afrique, 1990, n° 1526-1539, page 23)
    • Maintes fois je l'avais surpris dans les vapes derrière son éventaire, laissant les gamins chaparder ses gâteaux sans réagir, sans les chasser à coups de pierres comme il l'aurait fait en temps normal. — (Mahi Binebine, Les Étoiles de Sidi Moumen, Éditions Flammarion, 2010, chapitre 7)
    • Elle chaparde le gaminet léger, qu'il a retiré pour jouer avec eux sous le gicleur, tourne le dos aux autres, le plie furtivement et le dissimule dans son sac de plage à fleurs qu'elle s'enchâsse ensuite sur l'épaule. — (Paul Laurendeau, Adultophobie, ÉLP éditeur, 2011, page 13)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier