Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1370) Du latin conferre (« porter (avec), rassembler »).

Verbe Modifier

conférer \kɔ̃.fe.ʁe\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Parler ensemble, raisonner d’une affaire, d’un point de doctrine.
    • Pour le moment, séparons-nous ; car il ne faut pas qu’on nous voie conférer ensemble. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Lorsqu’on prend un berger par son côté idéal, l’imagination en fait volontiers un être rêveur et contemplatif ; il s’entretient avec les planètes ; il confère avec les étoiles ; il lit dans le ciel. — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 1-16)
  2. Comparer deux choses pour juger en quoi elles s’accordent et en quoi elles diffèrent. — Note : Il se dit particulièrement des lois, ordonnances, coutumes, matières de littérature, arts libéraux, etc.
    • Conférer les lois grecques avec les lois romaines. — Conférer un auteur avec un autre. — Conférer deux manuscrits.
  3. (Transitif) Attribuer ; accorder.
    • […] pourtant la dominance toute locale du Genêt à balai ou de la Callune ou même de la Fougère Aigle, espèces sociales de « premier plan », confère à la lande une physionomie particulière. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 126)
    • Mais c’était l’irrégularité de la couleur de ses iris, l’un bleu pâle et l’autre jaune, qui achevait de conférer à son visage une étrangeté indéfinissable. — (Mélusine Vaglio, Kitty Lord : L’Anneau ourovore, Hachette Livres, 2006)
    • Le fruit vert renferme un glucoside spécifique qui se dédouble en glucose et en élatérine. C'est ce composé néoformé qui confère à l’Ecballium son pouvoir purgatif très accusé, irritant même pour les muqueuses, […]. — (Bernard Boullard, Plantes médicinales du monde: croyances et réalités, Paris : Éditions ESTEM, 2001, page 203)
    • Sa tenue noire assortie à ses mèches ébouriffées lui conférait toujours cette allure rock’n’roll dépassée. — (Blandine P. Martin, Eden, tome 2 : Les Fantômes du Nord, Éditions Emma/Milady, 2017, chap. 12)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier