FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin dedicare.

Verbe Modifier

dédier \de.dje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Religion) Consacrer au culte divin.
    • Dédier une église, un autel.
  2. (Par extension) Mettre sous l’invocation d’un saint.
    • Dédier une chapelle à la Vierge.
  3. (Figuré) Mettre un livre, un ouvrage, sous le patronage de quelqu’un par une épître ou par une inscription imprimée à la tête du livre.
    • Car c'est bien effectivement Aux Bourgeois qu’est dédié ce livre de haute esthétique, non pas, comme on pourrait le croire, par amour du paradoxe, mais en haine & à l'exclusion du demi-bourgeois et du faux artiste que l'auteur appelle les « accapareurs », les « pharisiens. » — (Charles Asselineau, Charles Baudelaire: sa vie et son œuvre, 1869, p.20)
  4. Consacrer.
    • Dédier ses efforts au relèvement de l'industrie manufacturière française.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France : écouter « dédier [de.dje] »

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier