exploiter

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Début du XIIe siècle) Fait espleiter avec le sens de « accomplir, exécuter » ; (Vers 1274) explettier (« faire valoir (une chose), tirer parti de ») ; (1560) La graphie moderne apparait avec le sens de « faire un exploit de justice ».
Du latin explicare (« débrouiller ») par l'intermédiaire de son fréquentatif en bas latin *explicatare, tiré de son supin explicatum [1].
Notons que les autres formes romanes (espagnol explotar, portugais explorar) pointent vers une dérivation, sur le même principe assez général de préférence, dans les langues romanes, du fréquentatif d’un verbe latin plutôt que de ce verbe lui-même, vers le latin explere (« accomplir jusqu’au bout ») par l'intermédiaire de son fréquentatif en bas latin *expletare, tiré de son supin expletum.

Verbe Modifier

exploiter \ɛks.plwa.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire valoir une chose, en tirer le profit du produit.
    • Les excursionnistes continuent leur marche vers Logny-Bogny et visitent deux carrières qui exploitent les calcaires blancs du Bathonien moyen au voisinage du pont où la voie ferrée de Liart à Charleville franchit la route ; […]. — (Bulletin de la Société d'histoire naturelle des Ardennes, vol. 19-24, 1925, page 71)
    • Les entreprises de messagerie et de messagerie express exploitent des entrepôts locaux et régionaux qu'elles utilisent pour les opérations de groupage. — (Transport urbain de marchandises : les Défis du XXIe siècle, OCDE, 2003, p. 138)
    • Exploiter des bois, Abattre, façonner et débiter les bois dans une forêt.
    • Sitôt qu’il eut acheté ces bois, il les fit exploiter.
  2. (Figuré) Tirer des profits illicites.
    • Exploiter une place, un emploi.
  3. (Figuré) Tirer profit de quelqu'un.
    • Dans cette lutte, naturellement, les plus forts et les plus chanceux devaient vaincre, et, de différentes manières, exploiter et opprimer les vaincus. — (Errico Malatesta, Le Programme anarchiste)
    • On ne s'improvise pas usurier, il faut parvenir d'abord à une méritoire insertion dans la mafia des gens bien placés pour exploiter leur prochain. — (Jean-Paul Desaive, Délits sexuels et archives judiciaires (1690-1750) , Communications, 1987, vol. 46, no 46, p. 121)
    • Une agence de placement de Victoriaville, au Centre-du-Québec, est condamnée à payer plus de 300 000 $ en dommages à des travailleurs agricoles guatémaltèques qu’elle a horriblement exploités, menacés et harcelés psychologiquement, a tranché le Tribunal administratif du travail. — (Une entreprise condamnée pour avoir exploité des travailleurs étrangers à Victoriaville, ici.radio-canada.ca, 23 octobre 2019)
  4. (Figuré) Utiliser habilement à son profit.
    • Ainsi, en dépit du fait que le logogramme chinois est souvent peu informatif quant à sa prononciation, l’information phonologique contenue dans l’écriture est exploitée pour prononcer les caractères rares. — (Ronald Peereman, « La médiation phonologique dans la reconnaissance des mots écrits », dans La reconnaissance des mots dans les différentes modalités sensorielles, sous la direction de Régine Kolinsky, José Morais & Juan Segui, Presses Universitaires de France, 1991)
    • Exploiter la curiosité publique, la crédulité de quelqu’un pour en tirer de l’argent. — Exploiter un fait, un scandale, l’imprudence de quelqu’un.
    • En effet, le Marquisien se soucie peu de l'argent et, pour obtenir son copra, certains capitaines exploitent son goût pour l'alcool, ce qui est défendu par la loi mais très difficile d'empêcher. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Dérivé du verbe to exploit avec le suffixe -er.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
exploiter
\ɪk.ˈsplɔɪ.təɹ\
exploiters
\ɪk.ˈsplɔɪ.təɹz\

exploiter \ɪk.ˈsplɔɪ.təɹ\

  1. Exploiteur.