in-octavo

Voir aussi : in octavo, inoctavo

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin in octavo (« (plié) en huit ») → voir in et octavus.

Adjectif Modifier

Invariable
Masculin
et féminin
in-octavo
\i.n‿ɔk.ta.vo\

in-octavo \i.n‿ɔk.ta.vo\ masculin et féminin identiques invariable (orthographe traditionnelle)

  1. (Bibliothéconomie, Imprimerie) Format où la feuille est pliée trois fois, en huit feuillets.
    • – Nous autres femmes, nous nous connaissons mieux que tous les psychologues réunis en conclave devant un in-octavo ouvert… — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 104)
    • On n’indique généralement pas le prix des ouvrages importés, mais on spécifie le format du volume : in-folio, in-quarto, in-octavo —format le plus répandu—, in-duodecimo, etc. L’in-folio est généralement réservé aux journaux et aux livres de grande taille ; l’in-quarto, à partir du XVIIe siècle, est considéré comme le format « littéraire ». — (Maurice Lemire, Aurélien Boivin, La Vie littéraire au Québec, 1991)

Variantes orthographiquesModifier

AbréviationsModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Invariable
in-octavo
\i.n‿ɔk.ta.vo\

in-octavo \i.n‿ɔk.ta.vo\ masculin invariable (orthographe traditionnelle)

  1. (Bibliothéconomie, Imprimerie) Livre ou volume qui a ce format.
    • Puis, l’on ne peut étudier maintenant la biographie de celle-là que dans l’in-octavo d’un anonyme dont les chapitres incohérents, […], interdiront à jamais de la connaître. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Cependant, l’in-octavo et l’in-duodecimo semblent être les préférés des éditeurs européens parce que leur production est économique, surtout tenu compte de la pénurie de papier [de l’époque], et qu’ils sont faciles à transporter et à manier. On ne rencontre à peu près pas d’annonces de tout petits formats (in-seize, in-dix-huit, in-vingt-quatre). — (Maurice Lemire, Aurélien Boivin, La Vie littéraire au Québec, 1991)
    • Le libraire avait les bras chargés de quatre lourds in-octavo qu'il déposa sur une tablette. Tout souriant, le client s'approcha, posa une série de questions, nota sur un carnet la date de l'édition, le prix des volumes […]. — (Maurice Toesca, Le libraire amoureux, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1975, chap. 46)

Variantes orthographiquesModifier

AbréviationsModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier