BretonModifier

ÉtymologieModifier

Nom commun 1 :

Du vieux breton colaenn.
Du moyen breton quelenn[1].
À comparer avec les mots celyn en gallois, kelyn en cornique, cuileann en gaélique (sens identique).

Nom commun 2 et verbe :

 Composé de ken et de lenn.
Du moyen breton quelen.
Du moyen breton quelenn[1].

Nom commun 1 Modifier

Mutation Collectif Singulatif
Non muté kelenn kelennenn
Adoucissante gelenn gelennenn
Spirante cʼhelenn cʼhelennenn

kelenn \ˈkeːlɛn\ collectif (singulatif : kelennenn)

  1. Houx.
    • Ur vodenn gelenn a drouzas a-dreñv e gein. — (Jakez Riou, Geotenn ar Wercʼhez, Éditions Al Liamm, 1957, p. 32)
      Un bosquet de houx fit du bruit derrière son dos.
    • [...] e skeud ar gelennenn [...]. — (Abanna, Bro Cʼhenidik, in Al Liamm, niv. 84, Genver-Cʼhwevrer 1961, p. 8)
      À lʼombre du houx.

DérivésModifier

Nom commun 2Modifier

kelenn \ˈkeːlɛn\ masculin (pluriel : kelennoù)

  1. Enseignement, leçon.
  2. (Par extension) Discipline, didactique.

Verbe Modifier

kelenn \ˈkeːlɛn\ (voir la conjugaison), base verbale kelenn-

  1. Enseigner.
    • E miz c’hwevrer e teuas da Vreizh d’ober war e dro e c’hoar henañ Janed a veze o kelenn ar galleg en ur skol-stad e Moskov. — (Jarl Priel, Va zammig buhez, Éditions Al Liamm, 1954, p. 174)
      En février, sa sœur aînée Jeanne, qui enseignait le français dans une école publique à Moscou, vint en Bretagne s’occuper de lui.
  2. (Par extension) Initier.

DérivésModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499