Voir aussi : khol

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) De l’arabe كحل, kuḥl (« antimoine, collyre à l’origine à base de poudre d’antimoine ») et apparenté à alcool.
On trouve aussi les graphies incertaines plus anciennes (et aujourd’hui plus rares) kohel (Nerval, Voyages en Orient), koheul, kool, kol, ainsi que la graphie plus moderne et aujourd’hui plus fréquente kohl (reprise depuis l’anglais ou l’allemand par l’industrie cosmétique).
  • 1646 kouhel (E. Roger, La Terre Sainte, l. II, chap. XI, p. 260);
  • 1787 kohl (Volney, Voyage en Syrie et en Egypte, t. 1, p. 373)
  • 1837 k'hol (Gautier, Fortunio, p. 25 ds Mat. Louis-Philippe, p. 276)
  • 1889 khol (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Allouma, 1889, p. 1311). J’aperçus en face de moi […] une fille au visage d’idole […]. Ses yeux agrandis par le khol jetaient sur moi un large regard […]

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
khôl khôls
\kol\
 
Femme égyptienne aux yeux fardés de khôl (Louvre)

khôl \kol\ masculin

  1. Poudre cosmétique composée (aujourd’hui) d’un mélange de galène, de malachite et de soufre, stabilisée dans une base grasse, et utilisée pour maquiller les yeux (l’antimoine n’est plus utilisé en cosmétique en raison de sa forte toxicité).
    • Le khôl rehausse et sublime l’œil en lui donnant du mystère et de la profondeur.
    • Il n'avait plus rien du cabotin miteux de tout à l'heure ; l'habit de soirée lui seyait à merveille, la fine barbiche noire allongeait avantageusement son visage et le léger trait de khôl lui donnait des yeux rêveurs d'amoureux. — (Jean Ray, Harry Dickson, L'Affaire Bardouillet, 1935)
    • Tu enfiles ta robe de chambre. Tu prends soin de colorer tes yeux de khôl noir. Et tu ouvres. — (Anaïs Barbeau-Lavalette, La femme qui fuit, éditions Marchand de feuilles, Montréal, 2015, p. 361)
    • Je passe un peu de khôl sur le bord supérieur de mes yeux, du rouge mat sur mes lèvres et je me vaporise de parfum Elie Saab jusqu'à la teucha. — (Rose Émilien, Les Michetonneuses, Don Quichotte éditions, 2016)

Variantes orthographiquesModifier

  • koheul
  • kohl
    • […] joues très fardées, sourcils d’un centimètre d’épaisseur tracés au kohl d’une tempe à l’autre […] — (Wladyslaw Szpilman, Le Pianiste, éditions Robert Laffont, Paris, 2001, p. 101)
  • kohol

HyperonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • khôl sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier