linoléum

Voir aussi : Linoleum, linoleum

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1874) De l’anglais linoleum, composé sur le latin linum (« lin ») et oleum (« huile »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
linoléum linoléums
\li.nɔ.le.ɔm\

linoléum \li.nɔ.le.ɔm\ masculin

  1. Toile de jute imperméabilisée par l’application d’huile de lin oxydée et de poudre de liège et servant à tapisser les parquets et parfois les murs dans les corridors, les cabinets de toilette, etc.
    • A peine une salle était-elle cloisonnée que les menuisiers s'en emparaient pour y poser les boiseries et les vitrines, les tapissiers la tendaient d'étoffe, des ouvriers spéciaux la parquetaient de linoléum. — (Revue philanthropique, Masson, 1900, vol. 7, page 266)
    • Tout un rayon de la bibliothèque est tombé, les livres glissaient sur le linoléum. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • La porte s'ouvrit sur un corridor qui sentait le linoléum, avec un portemanteau en bambou à droite, des plantes vertes, dans des cache-pot de faïence. — (Georges Simenon, Les vacances de Maigret, Presses de la cité 1948, Place des éditeurs, 2012, chap. 4)
    • Et puis il y a le caoutchouc, linoléum, qui n'est jamais que de l'huile de lin, de la toile de jute et de la sciure de bois, […]. — (Emmanuelle Réju, Une architecture « bienveillante », respectueuse des hommes et de la planète, journal La Croix, 12 novembre 2015, page 36)
  2. (Par extension) Nom donné improprement à toutes sortes de revêtement de sol souple et vendu en rouleau.
    • On arpente les moquettes de la first classe, puis le linoléum de la classe touriste pour, enfin, fouler le caoutchouc merdâtre de la zone migrateuse. — (Frédéric Dard, San-Antonio : Les vacances de Bérurier, Paris : Éditions Fleuve noir, 1969)

AbréviationsModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • Linoleum sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier