Voir aussi : maternelle

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin maternus.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin maternel
\ma.tɛʁ.nɛl\
maternels
\ma.tɛʁ.nɛl\
Féminin maternelle
\ma.tɛʁ.nɛl\
maternelles
\ma.tɛʁ.nɛl\

maternel

 
Affection maternelle, (Maternal Affection), Edward Hodges Baily, 1837. Victoria and Albert Museum, London
  1. Qui est propre à la mère, qui est naturel à une mère.
    • Premiers matins où les jeunes mères aiment leur fils, mais pas encore par amour maternel ; elles le plaignent, elles l’admirent : il sera un grand artiste : il se mariera. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Sa chair épanouie, luxuriante, lui renvoyait une image maternelle, et cela bien que sa propre mère n'eût que la peau sur les os. — (Pierre Bordage, Rohel 3.3 : Le chœur du vent, Nantes : Éditions L'Atalante, 2013)
  2. (Par extension) Qualifie un comportement de mère.
    • Vous êtes maternelle pour lui.
  3. Relatif à la lignée du côté de la mère.
    • L’invasion de la Belgique et du nord de la France par les Allemands disperse la famille Mermoz. Les grands-parents maternels de Jean choisissent la prudence et quittent précipitamment Mainbressy pour se réfugier à Aurillac, […]. — (Note de l'éditeur scientifique dans Défricheur du ciel: correspondance 1923-1936, de Jean Mermoz, rassemblée et présentée par Bernard Marck, Éditions Archipel, 2001, p. 381)
    • Côté maternel, ligne maternelle, biens maternels
  4. Qualifie la langue que l’on a appris avec ses parents.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier