Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français mere, du latin mater, de l’indo-européen commun *méh₂tēr.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
mère mères
\mɛʁ\
 
Une mère avec son enfant
 
Sens figuré Illustration de la mère patrie : « À Toi Patrie ! Mère glorieuse... »

mère \mɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : père)

  1. Femme qui a donné naissance à au moins un enfant.
    • La mère et l’enfant se portent bien
    • Mais comment, cependant, ne pas consacrer au moins un mot à cette admirable pouponnière, à cette garderie, à ces parcs à bébés où les jeunes mères déposent leurs petits, qu’elles viennent, à intervalles réguliers, allaiter avec des précautions de propreté, une incessante éducation d’hygiène dont je m’émerveille ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Quelque mois après les élections, suivant l’un de ses fils, précédant l’autre, s’éteignait notre mère, ma mère vénérée, ma mère dont le portrait emplit la pièce où je travaille, ma mère dont le regard, vivant sur la toile, enveloppe encore son enfant préféré. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Premiers matins où les jeunes mères aiment leur fils, mais pas encore par amour maternel ; elles le plaignent, elles l’admirent : il sera un grand artiste : il se mariera. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Dès que leurs enfants pourraient s’y aventurer, […], les mères les sermonnent à grosse voix : « Ne va jamais là tout seul, sais-tu : la bête à crochets te mangerait ». — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il traita d’abord Joséphine de putain, chose affirma-t-il qui ne l’étonnait guère attendu qu’elle était la fille de sa mère, […]. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. Femme qui a pris le rôle et la responsabilité maternelle dans la vie d’un enfant.
    • Une mère adoptive.
  3. Femelle d'un animal, lorsqu’elle a un ou plusieurs petits.
    • La mère de ce poulain a gagné de nombreux concours.
    • Un faon qui suit sa mère.
  4. Hôtesse d’une auberge qui recevait des compagnons, dans la tradition du compagnonnage.
  5. (Figuré) Environnement ou lieu où une chose a commencé, ou bien source, origine.
    • Verser le sang pour la mère patrie (c’est-à-dire le pays où l’on est né)
    • Ignorance est mère de tous les maux. — (Rabelais, Cinquième livre,)
  6. (Religion) Religieuse qui dirige un couvent.
    • La mère abbesse sera absente pour la semaine.
    • La mère supérieure charitable que fut Mère Teresa a été canonisée.
    • Vous deviez, ma mère, surveiller plus étroitement les novices.
  7. Restauratrice, cheffe cuisinière.
    • Des célèbres mères lyonnaises, nulle ne fut plus connue que la Mère Brazier, première femme qui a obtenu trois étoiles au Guide Michelin en 1933.
  8. (Familier) Femme âgée. — Note : se dit parfois de façon ironique, et souvent précède le nom de cette femme.
    • La mère Malard, branlant son bonnet noir, en a avalé les « Ave Maria » qu’elle bavotte à mi-voix, au long des heures, pour la conversion des pécheurs. — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 20)
  9. (Familier) Interpellation familière adressée notamment par l'époux à son épouse.
    • — Allons, la mère, allons voir s’il y a encore de la soupe ; moi j’en mangerai bien une potée. — (Guy de Maupassant , Histoire d’une fille de ferme, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 122.)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

HyperonymesModifier

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
mère mères
\mɛʁ\

mère \mɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qualifie ce qui est à la source d'une autre chose.
    • Quand la cristallisation est achevée on sépare les cristaux de la liqueur mère qui se compose principalement d’acide oléique, on les fait recristalliser dans l’alcool à plusieurs reprises. — (J. Fritsch, Fabrication et raffinage des huiles végétales, manuel à l'usage des fabricants, raffineurs, courtiers et négociants en huiles, Paris : chez H. Desforges, 1905, page 5)
    • Dans de nombreux pays, une pratique judicieuse consiste à glisser une pierre entre le rejet et la base du stipe afin de l'obliger à se développer en s'éloignant du pied mère. — (Gilles Peyron, Cultiver le palmier-dattier, CIRAD/GRIDAO, 2000, page 66)

PrononciationModifier


HomophonesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier