FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1477-1478) Attesté d’abord sous la forme actrixe[1], ensuite (1503) auctrixe[2], puis (1524) sous la forme auctrice dans une lettre de Guillaume Briçonnet à Marguerite d’Angoulême. Puis sous le pluriel autrices en 1554 dans La Claire, de Louis Le Caron. Du latin auctrix (« agente, autrice, fondatrice, instigatrice », « conseillère », en droit « garante d’une vente »)[3]. Emprunt savant au latin, l’évolution phonétique classique du c devant t (k implosif devant t : factum qui donne fait) en roman et en ancien français n’a pas joué, elle était déjà achevée en moyen français, bien avant les premières attestations du mot[4].
Le latin auctrix est d’abord défini dans les premiers lexiques et dictionnaires latin-moyen français comme synonyme d’accroisseresse (« celle qui accroit ») et d’augmenteresse (« celle qui augmente »)[3], et les premières occurences en moyen français gardent pour la plupart un sens restreint, pour décrire l’origine d’un mouvement ou d’une action. Alors que le mot acteur (dont le féminin n’a presque pas d’occurrence avant le XVIIe siècle) est employé dans un sens large puisqu’il peut désigner un faiseur de livres, un croisement s’opère au cours du XVIIe siècle : le sens d’acteur se restreint à un synonyme de comédien, il gagne pleinement le féminin actrice, tandis que le sens d’auteur s’accroit, englobe le sens de « rédacteur d’ouvrages », et gagne ainsi en prestige littéraire et social[3]. Son féminin autrice est alors condamné par des grammairiens comme Jean-Louis Guez de Balzac et par l’Académie française[3].
Le nom, encore actif dans la première moitié du XXe siècle, est en remontée[5][6]. Voir aussi la note.

Attestations historiquesModifier

 
Marguerite d’Autriche, « auctrice de paix »
  • (XVe siècle) Et, sur ce point, fera l’Acteur fin aux ditz de sa prose et donnera lieu à la très prudente et saige actrixe bonne Memoire, sa coadjuteure, pour retourner au paracompliment de l’exploracion, […] — (Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix : Chronique française inédite du XVe siècle, tome II, 1477-1478, Henri Courteault, Paris – Renouard, 1896, page 274)
  • (XVIe siècle) Savoir faisons à tous présens et à venir, que nous ayans agréable l’approbation faicte par l’Eglise et sainct Siège appostolicque de la vie religieuse en sexe femenyn dont nostre très chère et très amée cousine Jehanne de France, […] est auctrixe et fondatrixe soubz le nom de l’Anunciation et tiltre des dix plaisirs de la glorieuse Vierge Marie, […] — (Lettres de Louis XII portant approbation de la règle et monastère de l’Annonciade, décembre 1503, citées dans Ferdinand Delorme, Documents pour l’histoire du Bienheureux Gabriel-Maria, dans La France franciscaine : mélanges d’archéologie, d’histoire et de littérature, janvier 1927, p. 220 [texte intégral])
  • (XVIe siècle) Sur quoy lesdits seigneur roy et dame m’ont escript, comme auctrice de paix, vouloir pourveoir et remedier, tant par les lettres à V. M. que à l’imperatrice, affin que mesdits seigneurs leurs enffans, pour austant qu’ilz ont encoires à demeurer en Espaigne, que ne sera longuement comme ilz esperent, soient bien traictez — (Marguerite d’Autriche, lettre du 11 octobre 1529, citée dans Edward Le Glay, Négociations diplomatiques entre la France et l’Autriche durant les trente premières années du XVIe siècle, tome 2, Paris, 1845, page 710)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
autrice autrices
\o.tʁis\
 
Jocelyn Bell est l’autrice (sens 1) de la découverte des pulsars
 
Une autrice (sens 2) japonaise
 
Catherine de Médicis fut l’autrice (sens 3) de plusieurs reines et plusieurs rois

autrice \o.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : auteur)

  1. Femme à l’origine de quelque chose.
    • Cette situation familiale, prise en compte dans le processus de personnalisation des peines au même titre que la personnalité de l’auteur ou de l’autrice, la gravité et les circonstances de l’infraction, fait que, dans bien des cas, la criminelle n’est pas seule à la barre — (Lucile Quillet, Les femmes, ces criminelles (presque) comme les hommes, dans Slate, 4 mars 2019 [texte intégral])
    • L’autrice présumée de l’attaque a été arrêtée à Seattle. — (Harold Grand, Les données personnelles de 100 millions d’Américains exposées dans un piratage géant, dans Le Figaro, 30 juillet 2019 [texte intégral])
  2. (Littérature) Femme qui a rédigé un ouvrage de littérature, de science ou d’art.
    • Au Carouzel de nôtre Roy
      La jeune Autrice de Torquate
      Piéce charmante et délicate
      A fait, en ſtile net & fin,
      Vn Carouzel pour le Daufin
      — (Jean Loret, La Muse historique du 27 mai 1662, 1665, page 78)
      Au carrousel de notre roi
      La jeune autrice de Torquate
      Pièce charmante et délicate
      A fait, en style net et fin,
      Un carrousel pour le dauphin
    • Corrigez le mot dont vous uſez.
      En fait de bel Eſprit vous parlez en Novice.
      Un Homme eſt un Autheur, une Femme eſt Autrice.
      Appelez-donc Madame Autrice, & non Autheur,
      Et parlons d’autre choſe.
      — (Gaspard Abeille, Crispin bel esprit, Paris, 1696 (1re éd. 1681), page 56)
      Corrigez le mot dont vous usez.
      En fait de bel esprit vous parlez en novice.
      Un homme est un auteur, une femme est autrice.
      Appelez-donc Madame autrice, et non auteur,
      Et parlons d’autre chose.
    • Si l’on ne dit pas une femme Autrice, c’est qu’une femme qui fait un livre est une femme extraordinaire ; mais il est dans l’ordre qu’une femme aime les spectacles, la poésie, etc. comme il est dans l’ordre qu’elle soit Spectatrice. — (M. Hilscher, cité dans Louis-Sébastien Mercier, Néologie, ou vocabulaire des mots nouveaux, à renouveler, ou pris dans des acceptions nouvelles, tome 1, Moussard, Maradan, Paris, 1801, page 26)
    • Un journal discourait naguère sur authoresse, et, le proscrivant avec raison, le voulait exprimer par auteur. Pourquoi cette réserve, cette peur d’user des forces linguistiques ? Nous avons fait actrice, cantatrice, bienfaitrice, et nous reculons devant autrice […] Autant avouer que nous ne savons plus nous servir de notre langue — (Remy de Gourmont, Esthétique de la langue française, Mercure de France, Paris, 1899, page 37)
    • Exemple de vocable de la liste précédente employé par une autrice contemporaine : […] — (Jacques Damourette, Le lexique du Dictionnaire de l’Académie française (Huitième édition), dans Le Français moderne, no 1, 1935, p. 71 [texte intégral])
    • Parce que le mot sonne clair, affirme sa féminité, s’appuie sur l’histoire et la proximité d’actrice, les Livres du Soir diront, dorénavant, autrice. — (Jean-Claude Vantroyen, Auteur, auteure ou autrice ? « Le Soir » choisit autrice, dans Le Soir, 5 janvier 2019 [texte intégral])
  3. (Plus rare) Génitrice ; ascendante (Note : ce sens n’est plus guère utilisé que sous la forme de la locution « autrice de mes jours »).

NotesModifier

Malgré son emploi jusque dans la première moitié du XXe siècle, le TLFi[7] indique qu’auteur n’a pas de forme féminine. Le mot autrice a fait cependant son retour, à partir de 1996 comme féminin d’auteur dans le Petit Robert, 1996, sous une forme plus développée à partir du Petit Robert, 2003, ainsi que dans le Dictionnaire Hachette et L’Officiel du jeu Scrabble (ODS4) à partir de 2004. En 2019, l’Académie française[8] juge qu’autrice est le féminin d’auteur « dont la formation est plus satisfaisante » et elle réhabilite le terme[9] (souvent perçu à tort comme un néologisme[10]), quarante ans après la recommandation de l’Office québécois de la langue française.
La féminisation des noms de métiers et de fonctions est un sujet débattu dans la francophonie :

Grevisse consacre un chapitre à la féminisation dans Maurice Grevisse, Cédrick Fairon, Anne-Catherine Simon, Le Petit Bon usage de la langue française, De Boeck Supérieur, 2018, page 513.

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

Quasi-synonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   autrice figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : autorat, dictionnaire.

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

HyperonymesModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

SourcesModifier

  1. Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix : Chronique française inédite du XVe siècle, tome II, 1477-1478, Henri Courteault, Paris - Renouard, 1896, page 274
  2. Lettres de Louis XII portant approbation de la règle et monastère de l’Annonciade, décembre 1503, citées dans Ferdinand Delorme, Documents pour l’histoire du Bienheureux Gabriel-Maria, dans La France franciscaine : mélanges d’archéologie, d’histoire et de littérature, janvier 1927, p. 220 [texte intégral]
  3. a b c et d Aurore Évain, En compagnie. Histoire d’autrice de l’époque latine à nos jours, iXe, 2019 ISBN 979-10-90062-47-4, page 10-16
  4. Noëlle Laborderie, Précis de phonétique historique, Armand Colin, Paris, 2015, 2e éd. ISBN 978-2-200-60182-9, page 86.
  5. Agnès de Féo, Pourquoi on n’a aucun mal à dire coiffeuse et beaucoup plus à dire professeuse, dans Slate, 1er février 2018 [texte intégral]
  6. Martine Delvaux, Benoit Melançon, Pour ou contre le mot “autrice” ?, dans Radio-Canada, 21 aout 2019 [texte intégral]
  7. « auteur », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  8. L’Académie française, La féminisation des noms de métiers et de fonctions, 2019
  9. Guillaume Lecaplain, “Auteure” ou “autrice” ? “On ne trouve plus ces termes choquants comme dans les années 80”, dans Libération, 20 février 2019 [texte intégral]
  10. Sandra Lorenzo, Autrice, le féminin qui gênait tant l’Académie française est tout sauf un néologisme, dans Le HuffPost, 28 février 2019 [texte intégral]

BibliographieModifier

  L’entrée en français a été sélectionnée collectivement comme très bonne entrée faisant honneur au Wiktionnaire, le dictionnaire libre et universel.
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion, la page du projet Évaluation ou la liste des très bonnes entrées.

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

(1477-1478) Attesté d’abord sous la forme actrixe[1], ensuite (1503) auctrixe[2], puis (1524) sous la forme auctrice dans une lettre de Guillaume Briçonnet à Marguerite d’Angoulême. Puis sous le pluriel autrices en 1554 dans La Claire, de Louis Le Caron. Du latin auctrix (« agente, autrice, fondatrice, instigatrice », « conseillère », en droit « garante d’une vente »)[3].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
autrice autrices
\o.tris\

autrice \o.tris\ féminin (pour un homme on dit : auteur)

  1. Femme à l’origine de quelque chose.
    • Car tous les maux d’Etolie, la calamité des Calidoniens, l’occiſion de tant de gens, voire la mort de Meleager : ils diſent que tout cela vient de Diane, qui en fut l’autrice, s’eſtant fachee de ce qu’Oené ne l’auoit point inuitee en ſon ſacrifice : tant profondement s’eſtoit en ſon eſprit engrauee la faute commiſe en ceſte feſte. — (Lucien de Samosate, trad. Filbert Bretin, Les œuures de Lucian de Samoſate, philosophe excellent, non moins vtiles que plaiſantes, Abel L’Angelier, Paris, 1583, page 136)
      Car tous les maux d’Étolie, la calamité des Calédoniens, l’occision de tant de gens, voire la mort de Méléagre : ils disent que tout cela vient de Diane, qui en fut l’autrice, s’étant fâchée de ce qu’Œnoé ne l’avait point invitée en son sacrifice : tant profondément s’était en son esprit engravée la faute commise en cette fête.
    • On l’a fort accuſé du maſſacre de Paris, ce ſont lettres cloiſes, pour quant à cela, car alors j’eſtois à noſtre embarquement de Broüage, mais j’ay bien ouy dire qu’elle n’en fut la premiere autrice. — ( Brantôme, Memoires de Meſſire Pierre du Bourdeille, Seigneur de Brantome, contenant Les Vies des Dames Illuſtres de France de ſon temps, Jean Sambix le jeune, Leyde, 1699, page 65)
      On l’a fort accusé du massacre de Paris, ce sont lettres closes, pour quant à cela, car alors j’étais à notre embarquement de Brouage, mais j’ai bien ouï dire qu’elle n’en fut la première autrice.
  2. (Littérature) Femme qui a rédigé un ouvrage de littérature, de science ou d’art.

VariantesModifier

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

RéférencesModifier

SourcesModifier

  1. Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix : Chronique française inédite du XVe siècle, tome II, 1477-1478, Henri Courteault, Paris - Renouard, 1896, page 274
  2. Lettres de Louis XII portant approbation de la règle et monastère de l’Annonciade, décembre 1503, citées dans Ferdinand Delorme, Documents pour l’histoire du Bienheureux Gabriel-Maria, dans La France franciscaine : mélanges d’archéologie, d’histoire et de littérature, janvier 1927, p. 220 [texte intégral]
  3. Aurore Évain, En compagnie. Histoire d’autrice de l’époque latine à nos jours, iXe, 2019 ISBN 979-10-90062-47-4, page 10-16

BibliographieModifier

ItalienModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé du latin auctrix.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
autrice
\au.ˈtri.t͡ʃe\
autrici
\au.ˈtri.t͡ʃi\

autrice \au.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : autore)

  1. Autrice, femme à l’origine de quelque chose.
  2. (Littérature) Autrice, femme qui a créé une œuvre littéraire, artistique ou scientifique.
    • E la nostra squisita poetessa, la gentile Olinda Mezzofanti Sassabetti, l’autrice di Casti palpiti, avrà letto. — (Umberto Eco, Il pendolo di Foucault, Giunti Editore, Florence, 2013 (1re éd. 1988), page 323)
      Et notre exquise poétesse, l’aimable Odolinda Mezzofanti Sassabetti, l’autrice de Chastes palpitations, que vous avez dû lire, bien sûr.

SynonymesModifier

DérivésModifier

HyperonymesModifier

Celle qui a créé une œuvre :

HyponymesModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier