Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom) Du latin mater et de maternité par apocope.
(Verbe 1) (XIIe siècle)[1] Dénominal de mat[1].
(Verbe 2) (1897) Origine incertaine[1]. Peut-être[1] de l’expression du français d'Afrique du Nord faire la mata (« guetter »), apparentée à l’espagnol mata (« buisson (où l’on se cache) ») pour le sens argotique.
(Verbe 3) (1752)[1] De l’adjectif mat.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
mater maters
\ma.tɛʁ\

mater \ma.tɛʁ\ féminin

  1. (Familier) Maternité (établissement).
  2. (Familier) Mère.
    • Du coup, à 18 ans, elle a trouvé sa vocation et l'annonce à sa mater, qui, après l'avoir entendue débiter un couplet, reconnaît son talent mais lui demande deux choses : poursuivre malgré tout ses études et se calmer sur la vulgarité. — (site www.mouv.fr, 28 août 2019)

Verbe 1 Modifier

mater \ma.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Jeu d’échecs) Mettre le roi en échec de telle sorte qu'il ne puisse plus y échapper, ce qui met fin à la partie, on dit alors échec et mat !
    • Je l’ai maté avec ma tour.
  2. Venir à bout d'une difficulté, par exemple d'une révolte, abattre une résistance, dompter. → voir matefaim
    • Il a réussi à mater cette troupe indisciplinée.
    • Fini de faire le malin, ici, on va te mater !
    • Les pompiers ont maté l'incendie en une demi-heure.
    • Guerre nous est faite, bien réelle, par tous ceux qui s'enrôlent chez Daech pour mater, asservir la femme, réduire son corps à un réceptacle. — (Malika Boussouf, Opprimer, c'est sacré, Télérama n°3460, mai 2016)
  3. (Vieilli) Mortifier, affaiblir.
    • Mater son corps, sa chair par des jeûnes, par des austérités.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

mater \ma.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Argot) ou (Populaire) Regarder attentivement.
    • Un vieux con, ce mec-là ; toujours à mater si vous lui fauchez pas un calendo ou un sauciflard. — (Brice Pelman, In vino veritas, Spécial Police n° 192, éditions Fleuve Noir, 1982, chapitre 1)
    • Personne ne nous dit de la boucler, pourtant – même pas la dame avec la coupe au bol qui n’arrête pas de nous mater. — (Cat Clarke, Revanche, traduit de l’anglais par Alexandra Maillard, éditions Robert Laffont, 2013, chapitre 32)
    • Dans l’obscurité de l'Anti-Monde, ils se mataient tous en train de s’entreguillotiner. — (Pierre Chauvris, L’énergie des esprits animaux, 2016)
  2. (Argot) ou (Populaire) Observer avec concupiscence, faire le voyeur.
    • Les voisins qui aimaient la mater dans son jardin ont été condamnés par la justice.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Verbe 3Modifier

mater \ma.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre mat, diminuer l'éclat, matir est plus usité dans ce sens.
  2. Écraser, tasser une pièce de métal au marteau ou par compression.
    • Il faut mater soigneusement le rivet si tu ne veux pas avoir de fuite.

DérivésModifier

PrononciationModifier

Verbe
  • France (Île-de-France) : écouter « mater [ma.te] »
Nom commun
  • France (Île-de-France) : écouter « mater [ma.tɛʁ] »

HomophonesModifier

ParonymesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • mater sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

mater \ma.ter\

  1. Vaincre, dompter.
    • Que nus ne puet l’autre grever
      Ne conquerre en camp ne mater
      — (L’âtre périlleux, anonyme, manuscrit 1433 français de la BnF)

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

LatinModifier

ÉtymologieModifier

Le Dictionnaire étymologique latin[1] explique :
On explique ordinairement *pa-tar ou *pi-tar « père » comme le protecteur, d'une racine *pe- « protéger », et *ma-tar « mère » comme la créatrice, d'une racine *ma- « mettre au monde ». Mais ces explications ne sont pas absolument certaines : il est possible que la syllabe *tar ait été ajoutée après coup et par analogie à *pa et a *ma qui étaient les anciens termes désignant le père et la mère. Il s’est passé quelque chose de ce genre pour le nom de la sœur dans les langues germaniques (→ voir soror). Quoi qu'il en soit, il faut remarquer que dans *ma-tar le suffixe n'a rien qui marque spécialement le féminin, soit qu'on n'attachât point d'idée précise à cette syllabe, soit que la formation soit antérieure au genre grammatical. Matrona est formé comme patronus, matrimonium comme patrimonium : mais remarquez les nuances différentes prises par ces mots. Matertera « tante maternelle » a été expliqué comme une sorte de comparatif, la seconde mère ; mais peut-être est-ce un mot emprunté au grec populaire.
De l’indo-européen commun *méh₂tēr dont sont issus, outre les mots suscités, l’allemand Mutter, le russe мать mat’, le grec ancien μήτηρ mếtêr, le sanskrit मातृ mātr, l’anglais mother, l’ancien irlandais mathir, etc.
Du sens de « origine » dérive celui de materia.

Nom commun Modifier

Cas Singulier Pluriel
Nominatif mater matrēs
Vocatif mater matrēs
Accusatif matrem matrēs
Génitif matris matrum
Datif matrī matribus
Ablatif matrĕ matribus

mater \Prononciation ?\ féminin 3e déclinaison, faux parisyllabique

  1. Mère.
  2. Nourrice.
  3. Mère (en parlant des animaux) femelle.
  4. Mère patrie.
  5. Métropole.
  6. Souche mère, tronc de l’arbre.
  7. Déesse-mère, titre d’honneur donné à certaines déesses.
  8. (Figuré) Mère (celle qui produit), cause, source, origine.

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

  1. Michel Bréal et Anatole BaillyDictionnaire étymologique latin, Hachette, Paris, 1885 → consulter cet ouvrage