Voir aussi : obscene

Étymologie

modifier
Du latin obscenus (« sinistre, de mauvais augure ; dégoûtant, indécent, obscène, sale »).

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
obscène obscènes
\ɔp.sɛn\

obscène \ɔp.sɛn\ masculin et féminin identiques

  1. Qui blesse ouvertement, qui heurte la décence, la pudeur ou le bon goût.
    • Plus parlant peut-être : cette rémunération obscène comme disait Warren Buffet, représente les salaires de 385 ingénieurs ou de 868 salariés au minimum assurés pendant 20 ans… — (Vive la performance - Page 136, Alain FERNANDE)
    • La narine, toujours largement ouverte, plus obscène qu’un anus de putain, frémit à l’odeur montant de tout cela, et fait à ce visage de bête tranquille le don de son humeur du moment. — (Gérard Ansaloni, Les dix rouleaux de Touenhouang, Éditions La p’tite Hélène, 2018)
    • Qu'un musulman croie la viande de porc immangeable, l’alcool imbuvable, la chevelure d'une femme obscène par définition, blasphématoire la représentation du visage d'un prophète qui fut un homme, libre à lui. — (Michel Onfray, La philosophie féroce, II : Traces de feux furieux, éditions Galilée, 2006, p. 114)
    • — Il est étrange que pour nos chrétiens les prétendus désordres de la chair constituent le mal par excellence, dit méditativement Zénon. Personne ne punit avec rage et dégoût la brutalité, la sauvagerie, la barbarie, l’injustice. Nul demain ne s’avisera de trouver obscènes les bonnes gens qui viendront regarder mes tressautements dans les flammes. — (Marguerite Yourcenar, L'Œuvre au Noir, Troisième Partie « La prison », chapitre « La visite du chanoine », Gallimard, Paris, 1968, page 339)
  2. Qui choque dans le domaine de la sexualité.
    • Dans leurs oupa-oupa, qui passent avec raison pour des danses très obscènes, les acteurs peignent par des pantomimes expressives toutes les passions qui les exaltent. — (Thomas Arbousset, Tahiti et les îles adjacentes, 1867)
    • Elle était la femelle primitive, la guerrière énamourée, obscène, explosible, avec tout l'apport des cérébralités vicieuses superposées par couches brûlantes depuis des siècles que sévit l'imbécile mysticisme ennemi de l'acte brutal et simple. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 118)
    • Exactement. Avant d'être une industrie masturbatoire, la pornographie est l'art de montrer ce qui est obscène. […]. À force de représenter l’obscénité, on la banalise et on finit par l'admettre. — (Denis Robert, Vue imprenable sur la folie du monde, Les Arènes, 2014, chap. 9)

Synonymes

modifier
(1)
(2)

Apparentés étymologiques

modifier

Dérivés

modifier

Hyponymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier