Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1610) Du latin pleonasmus issu du grec ancien πλεονασμός, pleonasmós (« surabondance, excès »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
pléonasme pléonasmes
\ple.ɔ.nasm\

pléonasme \ple.ɔ.nasm\ masculin

  1. (Rhétorique) Figure de style par laquelle on redouble une expression pour la renforcer.
    • Ces mots font pléonasme.
    • Les expressions : « Je l’ai vu de mes yeux, entendu de mes oreilles » sont des pléonasmes admis et fort usités.
    • Quand le pléonasme n’ajoute rien à la force ou à la grâce du discours, il est vicieux.
    • Et convenir enfin que l’expression « XVIIIe siècle français » est un pléonasme : le XVIIIe siècle est français par définition. — (Philippe Sollers, Éloge de l’infini, Gallimard, p. 439)
    • Le désir d'avoir plus est si fort qu'il semble consubstantiel à notre humanité. Les Grecs avaient un mot pour le nommer : pleonexia. On en perçoit encore l'écho dans nos pléonasmes, qui consistent en une surcharge de mots de même signification. — (Raphaël Arteau, La perte et l'héritage, Boréal, Montréal, 2018, p. 161)
  2. Redondance vicieuse de paroles.
    • […] pas de nuances, pas de différences de qualité, pas de progression ou d’accroissement du bon sens, et parler d’un « gros » bon sens est une expression vide de sens, ou un pléonasme : le bon sens est le bon sens, qui est ce qu’il est, et jamais plus ou moins gros. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Mais ce pléonasme n'est pas encore suffisant pour le peuple, qui ne craint pas de dire : au jour d'aujourd'hui. Il nous souvient même d'avoir entendu au jour du jour d'aujourd'hui. Le peuple aime le pléonasme et il dirait volontiers: Un tel, né natif de..., a au jour du jour d'aujourd'hui quarante ans d’âge. — (Pierre Larousse, Étymologies curieuses, dans L’École normale : journal de l'enseignement pratique, sous la direction de Pierre Larousse, 2e année (2e semestre) n° 43 du 26 août 1860, p. 264)
    • « Monter en haut », « descendre en bas » sont considérés comme des pléonasmes. (Pourtant quand « en haut » ou « en bas » jouent un rôle de comparatif, la redondance est nécessaire : Tu t’es arrêtée au refuge, ou tu es montée en haut ?)
    • « Hurler fort » ; « postulat de départ » ; « hasard imprévu » ; « nous sommes tous unanimes » ; « une panacée universelle »; « un tollé de protestations » sont des pléonasmes.

DérivésModifier

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

HyperonymesModifier

HyponymesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

AnagrammesModifier