asticoter

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1765) Altération[1] du moyen français dasticoter (« parler allemand ») perçu comme un dérivé de astiquer avec le suffixe -oter qui explique la déglutination de la consonne initiale. Dasticoter dérive de dasticot, juron introduit par les lansquenets allemand d’après le juron Dass dich Gott… ! « Que Dieu te… ! ».

Verbe Modifier

asticoter \as.ti.kɔ.te\ transitif (Familier) 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Contrarier, tracasser quelqu’un sur de petites choses, taquiner.
    • Il ne cesse d’asticoter ces enfants, cela les rebute.
    • Il est toujours à m’asticoter.
    • La directrice m’a laissé complètement les petits, devenus hargneux et qui n’arrêtaient pas de s’asticoter, de se tortiller sur leurs bancs. — (Léon Frapié, La maternelle, Librairie Universelle, 1908)
    • 4 octobre 1940 – Seule maman s’obstinait à croire que mon talent allait s’épanouir et multipliait les occasions de l’asticoter. — (Benoîte et Flora Groult, Journal à quatre mains, Denoël, 1962, page 89)
    • Pour tout arranger, l’abbé semble prendre, dans le détail du développement, « un malin plaisir à asticoter » ses adversaires […] — (Emile Goichot,Henri Brémond, historien de la faim de Dieu, 2006)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

AngevinModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

asticoter \Prononciation ?\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Exciter (un animal).

RéférencesModifier

  • Charles Ménière, Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes, Lachèse et Dolbeau, Angers, 1881, page 191 à 562, p. 228 → [version en ligne]