FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin animalia → voir alme et almaille. Sur le modèle de volaille.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
aumaille aumailles
\o.maj\

aumaille \o.maj\ féminin

  1. (Vieilli) Cheptel bovin, troupeau de bêtes à cornes.
    • Aussitôt que l’enfant vit les grands bœufs du père Caillaud, qui étaient les mieux tenus, les mieux nourris et les plus forts de race de tout le pays, il se sentit chatouillé dans son orgueil d’avoir une si belle aumaille au bout de son aiguillon. — (George Sand, La Petite Fadette, chapitre IV, 1849.)
    • Lorsque j’étais enfant, on fêtait les semailles,
      La terre était docile aux gens et aux aumailles,
      Les lins montaient comme un bonheur en fleur.
      — (Émile Verhaeren, Les Aubes, Mercure de France, 1920, p. 118)


TraductionsModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin animalia. Forme un doublet avec la forme savante : animal

Nom commun Modifier

aumaille \Prononciation ?\ féminin

  1. Cheptel, troupeau
    • Li Clerc deivent por tot orer,
      li chevalier sans demorer
      deivent defendre et ennorer,
      et li païsant laborer.
      Terres arer, norir aumaille
      sor le vilain est la bataille,
      quar chevalier et clerc sanz faille
      vivent de ce quë il travaille…
      — (Étienne de Fougères, Livre des Manières)
    • Ilz courent sus a tout ce qu’ilz trouvent devant eux, tant aux bestes d’aumaille, qu’autres, sans regarder par ou ilz passent, soit au travers des rivieres ou estangs: et si ont la gueule fort noire, et sans escume. — (Jaques Du Fouilloux, La Venerie, 1561)
    • Ceens sont les gaaigneries,
      Les bois, les plains, les praieries ;
      Ceens a riche pecunaille,
      Ceens puez venir mainte aumaille
      Et mainte oille et mainte chievre […]
      — (Le Roman de Renart)

Variantes orthographiquesModifier