Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du moyen français, de l’ancien français, du latin populaire *corna, en latin classique cornua, pluriel de cornu, pris pour un féminin singulier. À rapprocher de l’hébreu biblique קרן, keren (« corne »)[1].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
corne cornes
\kɔʁn\
 
Cornes (1)

corne \kɔʁn\ féminin

  1. (Zoologie) Excroissance dure qui pousse sur le front des ruminants, sur le nez du rhinocéros. Note : Pour les cervidés, on parle de bois sauf quand ils sont travaillés comme matière dans l’industrie.
    • Les grandes cornes qui surmontent la tète du bouc, et la longue barbe qui est suspendue à son menton, lui donnent un air bizarre et équivoque : […]. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Œuvres complètes, tome 3, page 602, Furne & Cie - París, 1842)
    • Le vieux Melchior, […], le nez pincé dans ses grandes besicles de corne et les lèvres serrées, ne pouvait s’empêcher de déposer sur l’établi sa loupe et son poinçon […]. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Le boutonnier traditionnel presse la nacre ou la corne qu'il découpe et transforme en petits galets ronds ou en pions. Puis il les façonne au tour ou à la meule pour leur donner une forme arrondie, les perce et les polit avant de les teinter, de les décorer ou de les graver. — (Dictionnaire de l'artisanat et des métiers, Institut supérieur des Métiers, éditions Le Cherche-midi, 2012, page 54)
    • C'est ce qui a mis en grand honneur l'anis, le corail rouge, le bouillon de vipère dont parle Mme de Sévigné, l’orviétan, le bézoard, la thériaque, la corne de cerf ou l’œil d’écrevisse réduits en poudre, etc. — (Pierre Janet Les médications psychologiques, tome 1 : L'action morale, l'utilisation de l'automatisme, Paris : chez Alcan, 1919, L'Harmattan, 2007, p. 18)
    • (Chasse) (Par métonymie) Tête du chevreuil.
    1. Cette excroissance attribuée à des êtres ou des animaux imaginaires, en particulier, que la mythologie donnait aux représentations des fleuves et aux satyres et les chrétiens au diable.
      • Les cornes du diable.
      • Qui n’a vu dessous leurs combats Le Pô mettre les cornes bas ? — (François de Malherbe, IV, 5.)
    2. Cette excroissance métaphorique, symbole du cocuage et que l’on attribue à la personne trompée.
      • Des cornes te poussent. Ton mari, ta femme, te trompe, t’es infidèle.
      • — L’instituteur : Si cette longue-vue est si forte, il aura peut-être un grand plaisir de voir pousser ses courgettes ou ses tomates. — Amélie : S’il regarde dans son jardin, tout ce qu’il verra pousser, c’est une paire de cornes ! — (Manon des sources (1952), film de Marcel Pagnol, juste après la scène du « jeu du poil », lorsque deux femmes du village s’étonnent de l’irresponsabilité du prêt d’une longue-vue à Ange, juché en haut du clocher de l'église, pour surveiller les gendarmes partis à la poursuite de Manon des sources, au risque de surprendre inopinément sa femme, légère de la cuisse, dans ses ébats avec le réparateur de pylônes.)
      • Il ne lui manquait que des cornes. Mais j’espère pour l’honneur des femmes, qu’il avait dû en porter. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 325)
  2. (Zoologie) Appendice assimilé, par sa forme ou sa fonction, à la corne des ruminants.
    1. Très longue dent du narval qui a longtemps été confondue avec la corne de la licorne.
      • Les mâles possèdent une unique corne torsadée, issue de l’incisive supérieure gauche, qui peut mesurer jusqu’à trois mètres de long.
    2. Pédicule qui supporte l’œil de l’escargot.
      • Les limaçons montrent leurs cornes.
    3. Petites touffes de plumes qui sont sur la tête du grand-duc.
    4. Éminence pointue que le céraste d’Égypte [serpent] porte au-dessus de chaque œil.
    5. Prolongement qui surmonte la tête ou le corselet de divers insectes.
      • Ce cerf-volant a de belles cornes.
  3. (Par métonymie) Objet fait avec une corne.
    1. (Musique) Instrument à vent, dont se servent les vachers et qui est ordinairement fait d’une corne.
      • Les Romains se formaient en bataille aux éclats de la corne et du lituus. — (François René Chateaubriand, Mart. 193.)
      • Dix ou vingt mille cornes, klaxons et trompes proclament éperdument la mobilisation du plaisir;... — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
      • En arrivant à Normée le berger souffle dans sa corne pour annoncer son retour. Les chiens aboient. Par petits groupes, les bêtes, sans se tromper, rentrent dans leur cour respective, […]. — (Mariel J.- Brunhes Delamarre, Le berger dans la France des villages, Éditions du CNRS, 1970, page 164)
    2.  
      Un oliphant est une corne fait dans une corne (1)
      (Par extension) Sous-famille des instruments à vent soit fait d’une corne, soit la rappelant par sa forme.
      • L'olifant est un instrument de musique de la famille des cornes.
    3. Chausse-pied fait de la moitié d’une corne coupée dans sa longueur.
      • Surtout ma fille, gardez-vous bien d’appeler le garçon ou votre mari et n’oubliez pas, en étendant le bras tout le long de la jambe du client, quand vous vous êtes accroupie ou agenouillée près de lui, pour aller placer votre corne derrière son talon, de rougir, c’est à cela que ces messieurs tiennent le plus, on ne sait pourquoi. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 32.)
  4. (Par analogie) Chose qui par sa forme ou sa dureté rappelle une corne.
    • Les cornes d’un croissant.
    • Chapeau à cornes.
    • Des marins, des officiers en chapeaux à cornes, des armes, des bottes, des boissons. — (Amin Maalouf, Le rocher de Tanios, Grasset, 1993, collection Le Livre de Poche, page 255.)
    1. Crête dont étaient surmontés les anciens bonnets carrés.
      • Bonnet à trois cornes, à quatre cornes.
    2. (Botanique) Appendices qui naissent sur la fructification de certains cryptogames. Éperons de certaines fleurs.
    3. (Anatomie) Nom de diverses parties plus ou moins saillantes à la surface des organes dont elles dépendent.
      • Les cornes de l’os hyoïde. Les cornes de l’utérus.
      • Les cornes du larynx.
    4. (Architecture) Angle saillant et recourbé comme une corne.
      • Les cornes d’un autel antique.
    5. (Géographie) Sommet anguleux d’une montagne, dit aussi aiguille et dent.
    6. (Topographie) Angle avancé d’un bois.
      • Le Toine ? un vieux garçon qui vivait à la corne du bois, au temps de leur jeunesse, dans une maison isolée, sans commerce avec personne. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 323)
      • Il n’avait pas connu les heures de garde pendant la Grande Guerre à la corne d’un bois, dans un dépôt de munitions avec des tirailleurs sénégalais qui ne badinaient pas avec la consigne. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 301.)
    7. (Métiers) Éminence qui dépasse le rebord d’un réchaud.
    8. Raie blanche sur la tranche de cuir indiquant qu’il a été mal tanné.
    9. Nom de plusieurs outils de tonnelier et de charron.
    10. diacritique adscrit à une lettre.
    11. Coin, angle d’un feuillet, dans un livre, corné pour marquer l’endroit qu’on veut retrouver.
      • Faire une corne à un livre, à un feuillet, etc.,
      • On dit de même : Faire une corne à une carte, etc.
  5. (Au singulier) (Indénombrable) Substance (kératine) compacte, blanchâtre ou noirâtre, terne ou luisante, dure ou molle qui provient de la peau, des ongles, des sabots, etc.
    1. Partie dure qui est aux pieds du cheval, de l’âne, etc. (Par métonymie) Sabot.
      • Voyant son maître en joie, il [l'âne] s’en vient lourdement, Lève une corne tout usée, La lui porte au menton fort amoureusement. — (Jean de la Fontaine, Fab. IV, 5.)
      • Ce cheval est difficile à ferrer, il a la corne ferme, dure, molle, sujette à s’éclater.
    2. (Médecine) Couche cornée ou stratum corneum, production qui s’observe chez l’homme, surtout chez les vieillards, à la face, aux mains et aux autres parties du corps habituellement découvertes.
      • J’ai de la corne aux pieds.
  6. (Par métonymie) Ouvrage fait dans cette substance.
    • Peigne de corne.
    • Tabatière de corne.
    1.  
      Corne de cuisine
      (Cuisine) Ustensile culinaire souple, plat et réniforme, servant à racler le fond d’un cul-de-poule. Autrefois fait de corne de bœuf, il est de nos jours fabriqué en plastique.
  7. (Marine) Perche fixée à l’arrière d’un mât, maintenue par une drisse, et qui sert à fixer un pavillon ou une voile.
    • Ce bâtiment tant redouté déroula à sa corne le drapeau de l’indépendance mexicaine ! — (Jules Verne, Un drame au Mexique , 1876)
    • Le roi n’eût jamais souffert qu’un pavillon, autre que le sien, flottât à une corne d’artimon ou au sommet du grand mât ; […]. — (Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo : Les Corsaires chez eux, Édouard Champion, 1929, p.53)

SynonymesModifier

Instrument à vent
cor, dit aussi cor naturel

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

HyponymesModifier

HyperonymesModifier

Instrument à vent
trompe

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Excroissance sur la tête de certains ruminants
dagorne
Instrument à vent
klaxon

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe corner
Indicatif Présent je corne
il/elle/on corne
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je corne
qu’il/elle/on corne
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
corne

corne \kɔʁn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de corner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de corner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de corner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de corner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de corner.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • corne sur l’encyclopédie Wikipédia  

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

FrancoprovençalModifier

Forme de nom commun Modifier

corne \Prononciation ?\

  1. Pluriel de corna.

NotesModifier

Forme du valdôtain des communes d’Arnad, Brusson, Charvensod, Courmayeur, Introd, Montjovet, Valgrisenche, Valtournenche.

RéférencesModifier

PicardModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin cornua.

Nom commun Modifier

corne \Prononciation ?\ féminin

  1. Corne.

DérivésModifier

RéférencesModifier

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I