Voir aussi : canotièr

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Dérivé de canot, avec le suffixe -ier.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin canotier
\ka.nɔ.tje\
canotiers
\ka.nɔ.tje\
Féminin canotière
\ka.nɔ.tjɛʁ\
canotières
\ka.nɔ.tjɛʁ\

canotier \ka.nɔ.tje\

  1. (Rare) Relatif aux canots et à leur équipage.
    • J’ai reçu hier de notre jeune ami Maupassant une épître fort agréable et pleine du détail de ses lubricités canotières avec une grosse femme. — (Gustave Flaubert, Correspondance, tome 7, Louis Conard, Paris, 1930, page 327)

DérivésModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
canotier canotiers
\ka.nɔ.tje\
 
Femme portant un canotier

canotier \ka.nɔ.tje\ masculin

  1. (Marine) Matelot de l’équipage d’un canot (pour une femme, on dit : canotière).
    • Écopée, la barque avait été remise à flot et pendant que ses canotiers ramaient, la chaloupe de Laignel l'aidait à passer les mauvais rouleaux en la remorquant. — (Jean-Pierre Ledru, D'Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse: Deux sabots sur la mer, La Découvrance éditions, 2008, page 240)
  2. Celui qui monte un canot de plaisance (pour une femme, on dit : canotière).
    • Nous ne voulons pas entrer dans la vie privée de beaucoup de canotiers; mais à en croire les apparences, le canotage ne serait, pour quelques amateurs, qu'un prétexte d'orgies, une occasion de plaisirs faciles, au lieu d'un amusement salutaire et convenable à la dignité de l'homme. — (Pierre Bidon & Jules Jacquin, Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, Manuels-Roret, 1843, volume 1, page 83)
    • C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. — (Guy de Maupassant, Sur l’eau, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 75)
    • Ces idiots prétendent découvrir une Amérique tous les matins ; mais nous rions de leur découverte, ne voulant pas être brimés par des canotiers de la Seine déguisés en Christophe Colomb. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e édition, page 34)
  3. Celui qui propose des canots à la location.
    • Basés à Saint-Savinien-sur-Charente, « les canotiers » proposent des locations de bateaux sans permis, canoës ou encore de paddle sur leurs deux bases nautiques de Port-d’Envaux et de Saint-Savinien-sur-Charente. — (journal Sud-Ouest, supplément Guide saison 2022 Charente-Maritime, page 26)
  4. (Habillement) Chapeau de paille à fond plat et bords étroits.
    • […] ; les ruelles étranges s’animent, s’emplissent, sous le soleil, de parasols bariolés. Le défilé des laideurs commence, des laideurs inadmissibles ; le défilé des longues robes de magot surmontées de chapeaux melons ou canotiers. — (Pierre Loti, Madame Chrysanthème, chapitre 53, 1888, Paris : chez Calmann Lévy, 1899, page 299)
    • C’était un de ces chapeaux plats, de paille blanche à ruban noir, de l’espèce de ceux qu’on appelle communément : canotiers. Quand Fleurissoire le laissait dans sa position ordinaire, le bord rigide écartait sa tête de la cloison ; si, pour s’appuyer, il relevait un peu le chapeau, la cloison le précipitait en avant ; lorsque, au contraire, il réprimait le chapeau en arrière, le bord se coinçait alors entre la cloison et sa nuque et le canotier au-dessus de son front se levait comme une soupape. — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • canotier sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

OccitanModifier

 

ÉtymologieModifier

 Dérivé de canòt, avec le suffixe -ier.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
canotier
[Prononciation ?]
canotiers
[Prononciation ?]

canotier [kanuˈtje] (graphie normalisée) masculin

  1. (Languedocien) Canotier, conducteur d’un canot.

Variantes dialectalesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

RéférencesModifier

Frédéric Mistral, Lou Tresor dóu Félibrige ou Dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d’oc moderne, 1879