Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du bas latin montare (« monter », au sens de « mettre en hauteur »), dérivé de mons, montis (« montagne, mont »).

Verbe Modifier

monter \mɔ̃.te\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Se déplacer vers le haut, se transporter dans un lieu plus élevé, s’élever, gravir, grimper.
    • D’un étage à l’autre, c’était un remue-ménage incessant de paras, qui montaient et descendaient, chassant devant eux des Musulmans,[…], le tout dans un grand bruit de bottes, d’éclats de rire, de grossièretés et d’insultes entremêlés. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • La nouvelle était montée de la Vallée comme un influenza. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Tout le gréement était couvert de givre et de glace que je dus casser en montant dans la mâture. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Je monte sur le pont et aperçois dans la nuit très noire les nombreuses lumières d’un vapeur qui s’éloigne. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il va falloir redescendre. Je trouve ça plus dur que de monter. Il paraît que le record de descension est de cinquante-cinq minutes. — (Amélie Nothomb, Ni d’Ève ni d’Adam, Albin Michel, Paris, 2007, p. 126)
  2. S’élever en l’air.
    • Enfin, comme à dessein de le rendre plus complexe, des odeurs de caroube, de denrées coloniales, de goudron, d'air marin arrivaient puissamment du port et se mêlaient à celles qui montaient des pavés et des caves. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 42)
    • Il n’y a pas d’oiseau qui monte aussi haut que l’aigle. — Les flammes montaient au-dessus des plus hautes maisons.
  3. Se placer et se déplacer dans un véhicule.
    • Les passagers sont priés de monter en voiture.
  4. (En particulier) Aller à bord d’un navire, embarquer.
    • Je suis monté sur le yacht, dit Gaspard, et je suis allé aux Bermudes. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
  5. (Suivi de à ou de sur) Se mettre sur un animal ou un véhicule.
    • Je monte souvent à cheval.
  6. Augmenter en élévation ; croître ; s’accroître.
    • Le sentier montait toujours, puis, après avoir grimpé trois raidillons particulièrement escarpé, le décor changea brusquement. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Après Zoza, la route monte vers Sorbollano en longeant la rivière : le lieu est idéal pour les amateurs de pêche et de canoë-kayak. — (Petit Futé : Corse - 2014, p.278)
    • L’eau est montée d’un mètre à cause de la pluie.
  7. (Figuré) Croître en valeur, augmenter jusqu’à un certain point.
    • Des marchands d’un champagne dont la médiocrité n’était dépassée que par son prix qui ne cessait de monter, ne se préoccupaient plus, à Montmartre comme à Montparnasse, que d’adapter les soi-disants plaisirs de Paris à des images étrangères et le plus souvent chromolithographiques. — (Jean Valmy-Baysse, La curieuse aventure des boulevards extérieurs, Éditions Albin-Michel, 1950, p.237)
  8. (Figuré) S’élever dans la société.
    • Monter en grade, monter au grade de capitaine.
  9. (Sport) (Militaire) Se déplacer soi-même physiquement bien à l’intérieur du camp adverse.
    • Les arrières et le goal sont montés lors du dernier corner du match de foot.
    • Trois batteries prussiennes ouvrirent le feu pendant que la cavalerie montait à l’assaut.
  10. (Sport) (Figuré) Accéder au niveau supérieur.
    • Après de nombreuses saisons en deuxième division l’OGC Nice a enfin réussi à monter en première division.
  11. (Musique) Aller du grave à l’aigu.
    • Ce chanteur monte jusqu’au do.
  12. (Figuré) (Familier) Subir la phase ascendante de l’effet d’une drogue.
  13. (Botanique) → voir monter en graine
  14. (Suivi de à) Avoir une certaine élévation.
    • Ce bâtiment monte à plus de 30 mètres.
  15. (Figuré) (Suivi de à) Atteindre une certaine valeur.
    • Le total de ces sommes monte à cent mille francs.
  16. (Figuré) (Pronominal, suivi de à) Se dit d’un total composé de plusieurs sommes, de plusieurs nombres.
    • Les dégâts se montent à plus de sept-cent-mille-cinq-cent-huit milliards deux-cent-nonante-huit millions d’euros.
  17. (Québec) Aller dans une direction parallèle à un grand cours d’eau (généralement le fleuve Saint-Laurent), en amont.
    • Quand on part de Québec, on dit que l’on monte à Montréal.
  18. Voyager en direction du nord.
    • Arrivé à l’âge adulte, ce jeune Provençal monta à Paris pour rencontrer le monde qu’il recherchait.
  19. (Transitif) Transporter quelque chose dans un endroit plus élevé.
    • Tu veux bien monter mes affaires, s’il te plaît ?
  20. Disposer, ajuster, assembler, joindre ou réunir les différentes pièces d’un ouvrage.
    • Evans prend possession de l’unique lit et s’y fourre entre deux édredons, tandis que je monte mon lit de voyage et m’y enroule dans mon plaid. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 94)
  21. (Par extension) Construire un objet.
    • J’ai monté cette table tout seul à partir de rien.
  22. (Par extension) (Audiovisuel) Assembler bout à bout plusieurs plans, issus du tournage, pour former des séquences qui formeront à leur tour un film.
  23. (Par extension) Établir, garnir de choses nécessaires.
    • Une fois construite, il est nécessaire de monter correctement la maison.
    • Monter un régiment de cavalerie. : Lui donner des chevaux.
  24. (Par extension) Élaborer, organiser.
    • Nous montons un spectacle.
    • Monter ce projet fut difficile.
    • Le coup avait été monté des mois à l’avance.
    • L’impératrice suscita un delator qui monta un dossier d’accusation : il était reproché à la jeune femme d’avoir consulté des astrologues sur la destinée du mariage de Claude et Agrippine. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 142)
  25. (Cuisine) Battre afin de faire gonfler une préparation, de lui faire prendre du volume et de la consistance.
    • Couper la selle d’agneau en tranches fines, les dresser sur un plat chaud et napper avec la cuisson montée au beurre. — (300 recettes Avec les jeunes restaurateurs de France, Brunétoile, 1986, 5e édition, janvier 1989, page 201)
    • Faire monter la mayonnaise.
    • Monter les œufs en neige.
  26. Escalader.
    • Vous vous sentirez des âmes de dandy en montant le superbe escalier Napoléon III qui mène vers le lounge proprement dit, appelé le Salon Rouge en référence à la couleur des banquettes aux formes origamiques. — (Petit Futé Paris 2017)
    • Monter une pente.
  27. Saillir une femelle (la féconder).
  28. Se placer sur un animal pour se faire porter.
    • Le 16 nous montâmes à cheval de bonne heure, et cherchâmes nos compagnons le long du ruisseau. — (Zebulon Pike, Voyage au Nouveau-Mexique: à la suite d'une expédition ordonnée par le gouvernement des États-Unis, traduit de l'anglais par M. Breton, tome 1, Paris : chez D'Hautel, 1812, p. 297)
    • Nous avons déjà relevé les qualités et les défauts des chevaux marocains. […]. La castration ne se pratique pas, et on ne monte généralement que les étalons. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 231)
  29. (Informatique) Rattacher un périphérique à l’arborescence des répertoires pour le rendre accessible au système d’exploitation.
    • On peut utiliser la commande UNIX mount pour monter une clé USB, un cédérom ou un disque dur.

NotesModifier

Le verbe monter se conjugue avec l’auxiliaire être pour former les temps composés de la voix active quand il est employé intransitivement. Il se conjugue de façon normale, avec l’auxiliaire avoir, quand il est accompagné d’un complément d’objet. Autrefois, le verbe intransitif se conjuguait avec avoir pour signifier l'action et avec être pour indiquer la fin ou le résultat de l'action. Exemples : J'ai alors monté jusqu'en haut de la tour ; Je leur fais signe du haut de la tour où je suis monté. Dans le langage courant, cette nuance est la plupart du temps ignorée, et la construction avec être prédomine.

AntonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   monter figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bague.

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin montare.

Verbe Modifier

monter \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Monter, faire monter.
    • Cil sont muntez [à cheval], qui le message firent. — (Chanson de Rolant)
  2. Augmenter, accroitre.
  3. Équivaloir, en parlant d’une somme, d’un prix.
    • Or avint ainsi que tout li meuble que l'en apporta à l'ostel du legat ne monterent que à six mille livres. — (Joinville)
  4. Surgir, s’élever.
  5. Monter à bord, s’embarquer.

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif Modifier

monter \Prononciation ?\

  1. Gai, joyeux.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 91,2 % des Flamands,
  • 92,1 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]