conter fleurette

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1654)[1] Composé de conter et de fleurette[2]. Du verbe fleuretter, qui, au XVIe siècle[3], signifiait « dire des balivernes »[3], le terme fleurettes désignait des « bagatelles, propos galants »[3][2]. Cette spécialisation métaphorique très normale du mot n’a pas besoin d’autres explications[3] comme les philologues d’avant ont pu le faire (par exemple de « *conter fleuret » (Se battre en duel) ou de « compter les fleurettes » (d’une monnaie marquée de fleurs)) et dont les hypothèses ne sont pas appuyées sur des fait linguistiques[3].

Locution verbale Modifier

conter fleurette \kɔ̃.te flœ.ʁɛt\ (se conjugue → voir la conjugaison de conter)

  1. Chercher à séduire quelqu’un.
    • Habillée en capitaine de cavalerie, et masquée, j’ai conté fleurette à la plus belle dame de l’assemblée. J’avais droit de m’applaudir de mes succès galans lorsque trois rivaux, oui, trois, sont venus me défier d’une manière très-peu courtoise. — (Madeleine Maupain, Lettre du 15 juillet 1704, à Monsieur le Chevalier de Séranne ; paru dans La Revue de Paris de 1833)
    • La Nouvelle Héloïse présente une sorte de cours de l’art de conter fleurette, et ceux que le ciel, à défaut d’esprit, a du moins gratinés de mémoire, y trouvent encore des élémens de succès. — (Horace Raisson, Code galant ou art de conter fleurette, 1834)
    • Si le bailli lui eût conté fleurette, elle l’eût été dire au roi ; et si le bon Dieu eût été amoureux d’elle, elle l’eût été dire au curé. — (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, 1866)
    • « Ça va !… » dit-elle, comme il voulait renouer la conversation.
      Et cela signifiait qu’elle n’avait pas besoin de lui, qu’elle prendrait seule les décisions nécessaires, comme de coutume, qu’il n’avait pas d’explications à donner et qu’il pouvait aller conter fleurette aux gamines.
      — (Georges Simenon, Le Relais d’Alsace, Fayard, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 8)

VariantesModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

SourcesModifier

  1. Alain Rey et Sophie Chantreau, Dictionnaire d’expressions et locutions, 2003
  2. a et b Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 2010.
  3. a b c d et e Alain Rey et Sophie Chantreau, Dictionnaire d’expressions et locutions, 2003