Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1801) Dérivé de costume avec le suffixe -ier.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
costumier costumiers
\kɔs.ty.mje\

costumier \kɔs.ty.mje\ masculin (pour une femme on dit : costumière)

  1. Celui qui fait, qui vend ou qui loue des costumes de théâtre, de bal, etc.
    • Le costumier d’un théâtre.
    • Louer un domino chez le costumier.
    • Il faut dire que, souvent, le costumier a plus d’importance que le décorateur, parce que les costumes prennent plus de place dans l’image et parfois, le costumier a plus d’idées. — (Noël Herpe, Rohmer et les autres, 2007)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

ParonymesModifier

HomophonesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • costumier sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

De costume avec le suffixe -ier.

Adjectif Modifier

costumier \Prononciation ?\ masculin

  1. Coutumier.
    • Kar sun seignur ert custumer
      D’aler par matin al muster
      — (La vie de saint Gilles, édition de Bos et Paris, p. 21, c. 1170. Ert, était.)

VariantesModifier

RéférencesModifier

  • costumier dans le Dictionnaire Électronique de Chrétien de Troyes

Ancien occitanModifier

ÉtymologieModifier

De costume avec le suffixe -ier.

Adjectif Modifier

costumier masculin

  1. Coutumier, habituel, ordinaire.

VariantesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Emprunt au français.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
costumier
\kɒs.ˈtjuː.miə\
costumiers
\kɒs.ˈtjuː.miəz\

costumier \kɒs.ˈtjuː.miə\

  1. Costumier (celui ou celle qui fait, qui vend ou qui loue des costumes).
    • I remembered, though not very distinctly where, that some theatrical costumiers had shops in that district. — (H. G. Wells, The Invisible Man (L’Homme invisible), page 209, 1897)