Ouvrir le menu principal
Voir aussi : feodal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Adjectif datant de 1328 (« relatif à un fief, au régime fondé sur lui »)[1]. Du latin feodalis.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin féodal
\fe.ɔ.dal\
féodaux
\fe.ɔ.do\
Féminin féodale
\fe.ɔ.dal\
féodales
\fe.ɔ.dal\

féodal \fe.ɔ.dal\

  1. Qui appartient à un fief, qui concerne un fief.
    • Droit féodal. - En matière féodale.
  2. Qui concerne les usages, les coutumes, la société de la féodalité.
    • Tous les souverains de la race normande avaient témoigné la partialité la plus marquée pour leurs sujets normands ; les lois […] avaient été fixées comme un joug sur le cou des habitants subjugués, surcroît féodal, des chaînes dont ils étaient chargés. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • D’une unité et d’une simplicité plus larges que celles de l’Empire romain, le monde passa, d’un seul coup, à une fragmentation aussi complète que celle du moyen–âge, à la période des seigneurs féodaux, brigands et pillards. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 416 de l’éd. de 1921)
    • De temps en temps, ces potentats féodaux européens s'unissaient contre les musulmans pillards. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)
    • Cette association du politique et du religieux perpétua, jusqu’au milieu du XXe siècle, un système féodal abusif entretenu par la noblesse et les moines. — (Louis Dubé, La sagesse du dalaï-lama : Préceptes et pratique du bouddhisme tibétain, dans Le Québec sceptique, n°66, p.5, été 2008)
    • Tandis que la guerre et la peste font éclater les cadres féodaux, ceux de la guilde et de la corporation deviennent, eux aussi, trop étroits. — (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.234)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin féodal
\fe.ɔ.dal\
féodaux
\fe.ɔ.do\
Féminin féodale
\fe.ɔ.dal\
féodales
\fe.ɔ.dal\

féodal \fe.ɔ.dal\

  1. (Au masculin) (Histoire) Seigneur féodal.
    • Par la suite, en Europe, des féodaux belliqueux s'entre-déchirèrent pendant un millénaire, tandis que les musulmans arabes et turcs dominaient la Méditerranée. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)
  2. (Par extension) Personne de la classe dominante dans une société de castes.
  3. (Péjoratif) Personne de la classe des gros propriétaires ou des gros actionnaires.
    • J'entends bien, encore une fois, qu'on me dénonce les grands magnats du vin, les féodaux du vignoble, ceux qui, séjournant à Paris ou dans les villes d'eaux se contentent de percevoir ici des revenus annuels se chiffrant par millions. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

RéférencesModifier

  • CNRTL, « féodal » > Étymologie, consulté le 30/11/2016