Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Participe présent de « feindre », qui prit le sens spécialisé de « celui qui fait semblant de mettre du cœur au travail », puis par proximité phonétique et sémantique avec « fainéant » a pris son sens actuel  [1].

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin feignant
\fɛ.ɲɑ̃\
ou \fe.ɲɑ̃\

feignants
\fɛ.ɲɑ̃\
ou \fe.ɲɑ̃\
Féminin feignante
\fɛ.ɲɑ̃t\
ou \fe.ɲɑ̃t\
feignantes
\fɛ.ɲɑ̃t\
ou \fe.ɲɑ̃t\

feignant \fɛ.ɲɑ̃\ ou \fe.ɲɑ̃\ masculin

  1. Qui feint une action, un état.
    • […] Ceux qui s'entretenaient de son père à Sissoune, disaient qu'il était malade, et la Cauët disait tout bas qu'il était feignant. — (Michel Yell, dans Cauët, 1912)
  2. (Populaire) Paresseux ; fainéant.
    • Les moins feignantes montaient à l'étage, elles négociaient les prix en pointant une langue pleine de promesses sur leurs lèvres mouillées. Ça ne durait pas plus d'un quart d'heure. — (Noël Balen , La planche à frissons, éd. Mille et une nuits, 2002)
    • Entre ses numéros d'acteurs et ses sketches comiques, Érotissimo apparaît comme une aimable critique de la société française pompidolienne de 1968, à travers ses ouvriers rêveurs, ses employés feignants, ses concepteurs lunatiques et incompris, ses chefs d'entreprise âpres au gain et magouilleurs, ses fonctionnaires bornés et revanchards, tout cela confronté à l'évolution des mœurs de la nouvelle liberté sexuelle. — (Alain-Guy Aknin, ‎Philippe Crocq & ‎Serge Vincendet, Le cinéma de Gainsbourg... affirmatif !, Éditions du Rocher, 2007, p. 70)
    • On dit bien souvent que les bons développeurs sont feignants. En effet, ils cherchent systématiquement à réaliser toute tâche en déployant le moins d'effort possible. — (Louis-Guillaume Morand & ‎Thomas Garcia, Windows 7 avancé, 2e édition, Éditions Eyrolles, 2011, p. 327)

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

voir fainéant

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
feignant feignants
\fɛ.ɲɑ̃\

feignant \fɛ.ɲɑ̃\ ou \fe.ɲɑ̃\ masculin (pour une personne du sexe féminin, on dit feignante)

  1. (Populaire) Fainéant ; paresseux.
    • […] ; tiens, veux-tu que je te dise, tu ne vaux pas mieux que les autres et tu n’es qu’un feignant, toi aussi. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il avait l’air de laisser la fille se taper tout le boulot, n’y allant que d’un petit coup de pédales par-ci, par-là, le feignant. — (Pierre Pelot, Bienvenu les canpeurs, in : Fluide glacial no 446, août 2013, p. 30a)
    • On répandit l'idée que les Roms n'étaient qu'un ramassis de feignants dont la feignantise détraquait le bon fonctionnement du monde libre. Pour faire bonne mesure, on ajouta qu'ils faisaient n'importe où, qu'ils mangeaient de la chair de hérisson, berk!, qu'ils se livraient à des danses lascives […]. — (Lydie Salvayre, La méthode Mila, Éditions du Seuil, 2005, p. 146)

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

AntonymesModifier

TraductionsModifier

voir fainéant

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe feindre
Participe Présent feignant
Passé

feignant \fɛ.ɲɑ̃\ ou \fe.ɲɑ̃\

  1. Participe présent du verbe feindre.

PrononciationModifier

ParonymesModifier

RéférencesModifier

[1] : Auguste Scheler, Dictionnaire d’étymologie française, 1862 → consulter cet ouvrage