Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIVe siècle) Des mots fait et néant. Auguste Scheler [1] souligne qu’il faut distinguer ce mot de feignant, participe présent de feindre qui avait le sens spécialisé de celui « qui ne va pas de tout coeur au travail, ou plutôt qui, n'osant pas avouer sa paresse, accepte le travail sans le rechercher ». La proximité phonétique et sémantique a fait que feignant est devenu un synonyme populaire de fainéant.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin fainéant
\fɛ.ne.ɑ̃\
ou \fe.ne.ɑ̃\

fainéants
\fɛ.ne.ɑ̃\
ou \fe.ne.ɑ̃\
Féminin fainéante
\fɛ.ne.ɑ̃t\
ou \fe.ne.ɑ̃t\
fainéantes
\fɛ.ne.ɑ̃t\
ou \fe.ne.ɑ̃t\

fainéant \fɛ.ne.ɑ̃\ ou \fe.ne.ɑ̃\

  1. Qui évite l’effort ou le travail, par paresse.
    • Enfant fainéant.
    • Chatte fainéante.
    • Rois fainéants : dans l’histoire de France, certains rois qui abandonnaient l’exercice du pouvoir aux maires du palais.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
fainéant fainéants
\fɛ.ne.ɑ̃\
ou \fe.ne.ɑ̃\

fainéant \fɛ.ne.ɑ̃\ ou \fe.ne.ɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : fainéante)

  1. Celui, celle qui ne veut rien faire.
    • C’est ce fainéant de Gilbert, qui n’est bon à rien qu’à lire et rêvasser. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Les chômeurs ne sont plus considérés comme des gens, mais comme des esclaves que l'on peut tuer, les faire crever de faim, les obliger à travailler contre leur patrie, les humilier, ça ne fait rien, ce sont des « fainéants ». — (Louise Monaux et Bruno Deblander, 14-18 – Apocalypse en Belgique , Éditions Racine, 2013, p. 75)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier