FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Du latin filiolus (« petit fils »).

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
filleul filleuls
\fi.jœl\

filleul \fi.jœl\ masculin (pour une femme, on dit : filleule)

  1. Fils spirituel d’un parrain ou d’une marraine; enfant pour lequel une cérémonie de parrainage a eu lieu.
    • Cet enfant est mon filleul.
    • Plus jeune d’ailleurs,après des vacances à Monaco chez Yella et Numa, ébloui par la futilité de la relève de la garde d’opérette, j’avais raconté à mes rares amis rémois que j’étais le filleul de Rainier. — (Olivier Poivre d’Arvor, Frères et sœur, 2004)
    • La formule préconisée par Maréchal : « Je promets et m’engage d’élever mon fils dans les seuls principes de la Raison, dans les seules pratiques de la Vertu », est très proche, par exemple, de l’engagement pris par des parrains vis-à-vis de leur filleul, lors d’un baptême civil à Lagny, le 12 septembre 1909 : « Ils prennent l'engagement de l’élever dans le seul culte de la Raison, du bon sens et de l’honnêteté et aussi dans l’amour de l’humanité, de la fraternité et de la solidarité ». — (Maurice Agulhon, Le XIXe siècle et la Révolution française, Créaphis, 1992 → lire en ligne)
  2. (Par extension) Celui qui bénéficie d’une protection spéciale.
    • Filleul des fées.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
filleul filleuls
\fi.jœl\

filleul \fi.jœl\ masculin

  1. (Mycologie) Surnom donné dans quelques régions (Périgord, Limousin) à la lépiote élevée ou coulemelle.
    • Le pauvre Petit rat Justin s’était réfugié tout tremblant sous un champignon gris, une belle filleule (sic) qui avait ouvert son élégant parapluie sur le pâturage. — (Léonce Bourliaguet, Les aventures du petit rat Justin, Société universitaire d’Éditions et de Librairie, 1935, page 49)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier