Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1732) Dénominal de fusil.

Verbe Modifier

fusiller \fu.zi.je\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tuer à coups de fusil.
    • Aussi les défenseurs du fort se placèrent résolument derrière les barricades et commencèrent à fusiller les Indiens avec une justesse et une précision. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Le 16 mars, pendant qu'on se fusillait à Léchelle, le duc de Reggio, qui devait défendre le passage du ravin de Richebourg et le duc de Tarente, qui commandait (…), jouaient au « trente et quarante » dans la chambre de M. Saussier, fermier à Cormeron. — (Louis Rogeron, Les Cosaques en Champagne et en Brie : Récits de l'invasion de 1814, racontés d'après les contemporains, les auteurs modernes, des documents originaux et des notes inédites de témoins oculaires, aux éditions Émile Gaillard à Paris, 1905, p. 155)
    • En Sologne, on attrape les alouettes à l’hameçon ; autre part, on les fusille au miroir. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (En particulier) Exécuter par fusillade une personne condamnée à être passée par les armes.
    • Les patrouilles de surveillance qui, d’abord, avaient impitoyablement fusillé les maraudeurs et les pillards, étaient maintenant dispersées par l’épidémie. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 421 de l’éd. de 1921)
    • Dans une cave, une patrouille égarée du ***, que les compagnies se passent, que le capitaine Fontange félicite, que le capitaine Perret veut fusiller comme déserteurs. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • La sélection des accusés le complétait : ceux qui refusaient le marché savaient qu’ils seraient fusillés sans procès —et, soulignons-le, la majorité des accusés préféraient se laisser fusiller dans les ténèbres. — (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
  3. (Figuré) Dire du mal ou écrire du mal de quelqu’un ou de quelque chose.
    • Fusiller quelqu’un de ses épigrammes.
  4. (Figuré) Lancer un regard.
    • Les amies de Giselle s’étaient levées et répondaient par des sourires aux œillades équivoques dont on les fusillaient. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
  5. (Figuré) Photographier rapidement, en rafale. (Aujourd’hui, on emploie plutôt dans ce sens mitrailler.)
    • Je me suis collé sur le trottoir d’en face. Justement, dans un groupe de photographes qui fusillaient toutes les vedettes présentes. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XII, Série noire, Gallimard, 1956, p. 109)
  6. (Vieilli) Échanger des coups de fusil ; combattre à coups de fusil.
    • Quoique mes troupes fussent harassées de fatigue, je marchai sur les Anglais ; je chargeai leur cavalerie, et mon infanterie fusilla avec la leur. — (Armand-Louis de Gontaut-Biron, duc de Lauzun, Mémoires, chapitre IX, Éditions Olivier Orban, Paris, 1986, page 243)
  7. (Technique) (Argot) Détruire, souvent par une mauvaise manipulation.
    • Probablement que, étant donné que le courant pendant un démarrage ne passait plus par le sélecteur, tout est passé par le transistor. Donc, il y a une très forte chance de fusiller les deux transistors d’un coup si je le remonte sans modifs. — (source à préciser)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier