FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Composé du préfixe mi- (« moitié ») et du nom nuit. Voir aussi : mie nuit.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
minuit minuits
\mi.nɥi\

minuit \mi.nɥi\ masculin

  1. Heure située au milieu de la nuit, à la limite de deux jours.
    • […] ; les places et les rues attenantes, habituellement si solitaires dès que neuf heures sonnaient à Saint-Germain-l’Auxerrois, étaient, quoiqu’il fût minuit, encombrées de populaire. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • […], rien ne resplendit plus, après minuit, que cinq ou six débits mal fréquentés dont l'éclairage ourle le trottoir d'un morne flamboiement. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Hé Rosaire, quelle heure qu'y est?
      Minuit dans vingt
      Merci ben
      Ça doit être noir de monde su'l'perron d'l'église
      — (chanson Noël au camp, Tex Lecor, 45 tours Je t'amène avec moi - Noël au camp, 1968)
    • Et suivant son idée, vers les minuit, il me conduisit à la sortie de l’Éden, où figuraient alors dans un ballet des centaines d’enfants écaillés d’or, se balançant autour d’une danseuse lascive. — (Maurice Barrès, Le culte du moi : le jardin de Bérénice → lire en ligne)
    • C'est trop de minuits sans nouvelles de toi. Le premier nous a anéantis ; les autres n'ont servi à rien ; ils étaient superflus. — (Réjean Ducharme, L'hiver de force, Gallimard, 1973, p. 59)

NotesModifier

Ce mot fut féminin jusqu’en 1530, et l’est parfois encore lorsqu’il est utilisé en littérature. Il est invariable dans l’expression Vers les minuit.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • minuit sur l’encyclopédie Wikipédia