FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin mancus (« mutilé, manchot »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
moignon moignons
\mo.ɲɔ̃\

moignon \mo.ɲɔ̃\ (prononcer comme oignon) masculin

  1. Ce qui reste d’un bras, d’une jambe, d’une cuisse coupée.
    • Je me soulève sur mon coude comme sur un moignon d’aile. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • De tous les pays circonvoisins, des campagnes et des villes, malades et infirmes, paralytiques, culs-de-jatte et pieds-bots accouraient dans des carrioles, dans des calèches, sur des ânes, sur leurs moignons calleux. — (Octave Mirbeau, Rabalan)
    • Nous fûmes insensiblement entourés d’une troupe de mendiants qui, boitant, grelottant, bavant, agitant des moignons [...] nous obsédaient de bénédictions importunes. — (Anatole France, La Rôtisserie de la reine Pédauque, 1893)
    • Chaque fois qu’en serrant la main à un inconnu, il n’étreignait que deux doigts ou trois, et puis il voyait les moignons, il sentait dans sa propre main comme si elle était en train d’être broyée. — (Roger Vailland, 325.000 francs, 1954, réédition Le Livre de Poche, page 203)
    • Bien que privé de sa main droite, et bien que son moignon pissât le sang, de la main gauche, il trouva sa miséricorde sur le sol. Ainsi armé, il se dirigea vers Jaskier. — (Andrzej Sapkowski, Sorceleur, vol. 8 :La Saison des orages, traduit du polonais par Caroline Raszka-Dewez, éd. Milady/Bragelonne, 2015)
  2. (Par analogie) Ce qui reste d’une grosse branche d’arbre qui a été coupée ou brisée.
    • « Oui ! répéta-t-il, trois branches… Il y en avait quatre hier, mais la quatrième est tombée cette nuit… Il n’en reste que le moignon… Je n’en compte plus que trois à l’enfourchure… Plus que trois, vieux burg… plus que trois ! » — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, pages 1-16)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier