Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Participe passé substantivé de couper.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
coupé coupés
\ku.pe\
 
La porte d’un coupé (4) dans un train britannique vers 1960
 
Un coupé hippomobile (5)
 
Un coupé (6) de ville Daimler de 1922
 
Une Ferrari 250 GT coupé (6) de 1959

coupé \ku.pe\ masculin

  1. (Escrime) Action de faire passer l’épée par-dessus la pointe de celle de l’adversaire.
  2. (Danse) Mouvement de celui qui se jette sur un pied et passe l’autre devant ou derrière.
  3. Partie antérieure d’une diligence.
  4. (Par extension) (Chemin de fer) (Désuet) Compartiment d’une voiture.
    • Les voyageurs munis de billets de 1e Cl. peuvent, en route, monter en coupé, quand il y existe des places inoccupées, moyennant un supplément par place calculé d’après le présent tarif, depuis la gare où ils changent de compartiment jusqu’à la gare où ils descendent. — (Adolphe Laurent Joanne, Itinéraire général de la France, Jura et Alpes françaises, Hachette, 1877, page XXXIV)
    • Ferdinand, lui, bien calé dans son coin comme dans un coupé de chemin de fer, ouvrait un nouveau livre dont il coupait les pages. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. I, Gallimard, 1937)
    • Les voitures du type anglais, appelées aussi voitures à coupés, furent utilisées surtout en France. — (Les Chemins de fer suisses après un siècle, 1847-1947, Delachaux & Niestlé, 1949)
  5. Voiture hippomobile fermée raccourcie, au nombre de places limité.
    • [...] et vendredi le même lord Pembrock a été vu dans un beau coupé, traîné par deux chevaux gris pommelés magnifiques, et derrière lequel se balançait un grand chasseur galonné d’argent : les armes du pair d’Angleterre brillaient sur les panneaux de la voiture. — (Revue de Paris, tome premier, Louis Hauman et Comp., Bruxelles, 1835, page 247)
    • On louait, pour entreprendre une telle pérégrination, un coupé hippomobile chez Friedrich ou Weber, ou, dans la ruelle des Bœufs, chez Arbogast, qui tenait les omnibus d’hôtel stationnant à la gare. — (Robert Redslob, Sous le regard de la cathédrale, éditions Sutter, 1957)
  6. (Automobile) Voiture automobile fermée à quatre roues et généralement à deux places.
    • En trois minutes, les deux lourds véhicules et le coupé Renault où je me trouvais, arrivèrent devant le bal. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Quelqu’un se détacha de la foule : un monsieur à cheveux blancs, décoré, qui venait de descendre d’un coupé de maître. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, L’Agent secret, 1911, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 1, page 933)
    • En quelques secondes l’aiguille du spidomètre avait dépassé les cent cinquante kilomètres-heure et il fut tenté de s'emparer du coupé pour regagner Paris. — (Michel Cousin, Une mort pour rien, Paris : Fleuve noir, 1986, collection "Spécial police", 2006, chap. 1)
  7. (Marine) → voir coupée.

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
coupé coupés
\ku.pe\
 
Partition suivant le coupé (sens héraldique)
 
Griffon coupé d’argent et de gueules (sens héraldique)

coupé \ku.pe\ masculin

  1. (Héraldique) (singulier ) Partition de l’écu, d'une pièce ou d’un meuble suivant une ligne horizontale passant par le milieu et délimitant 2 champs.
    • Coupé d’argent et de sinople, qui est de Montpinier dans le Tarn. → voir illustration « partition suivant le coupé »
    • D’azur au griffon coupé d’argent et de gueules, qui est de Mertert du Luxembourg → voir illustration « griffon coupé d’argent et de gueules »
  2. Castré, en parlant des animaux domestiques.
    • On dit, Carrosse coupé, pour, Un carrosse qui n’a qu’un fond sur le derrière ; Un cheval coupé , pour, Un cheval hongre ou châtré. — (Dictionnaire de l’Académie Françoise, tome I, cinquième édition, Smits, Paris, 1799, page 331)
    • Une nuit à faire bailler de nostalgie tous les chats coupés de la région. — (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, page 117)

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe couper
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
coupé

coupé \ku.pe\

  1. Participe passé masculin singulier de couper.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   coupé figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : automobile.

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français coupé.

Nom commun Modifier

coupé \ku.ˈpeɪ\

  1. Compartiment.
  2. (Royaume-Uni) Coupé (automobile; qui se dit coupe aux États-Unis).

SynonymesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français coupé.

Nom commun Modifier

coupé \Prononciation ?\

  1. Compartiment.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 95,7 % des Flamands,
  • 97,6 % des Néerlandais.


PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]