Voir aussi : pharisïen

Français modifier

Étymologie modifier

Du latin Pharisaeus avec le suffixe -ien ; plus avant, issu de l’hébreu פְּרוּשִׁים pérwšym (« séparés ») ; le respect sourcilleux de la loi juive forçait en effet les Juifs pieux à se séparer de la majorité assimilée au monde gréco-latin pour des raisons rituelles.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
pharisien pharisiens
\fa.ʁi.zjɛ̃\

pharisien \fa.ʁi.zjɛ̃\ masculin (pour une femme, on dit : pharisienne)

  1. (Bible) Membre d’un courant du peuple juif.
    • Les pharisiens affectaient de se distinguer par la sainteté extérieure de leur vie.
    • Je ne compris pas bien pourquoi les pharisiens, dont le nom ressemblait de façon troublante à celui des habitants de Paris, s’étaient acharnés contre Jésus, mais je compatis à ses malheurs. — (Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, 1958, réédition Le Livre de Poche, page 40)
    • Je n’obtins aucun succès à Jérusalem, pas même de curiosité. Ma seule réussite consista à me faire détester chaque jour davantage des prêtres, docteurs de la Loi, saducéens et pharisiens. — (Éric-Emmanuel Schmitt, L’Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000, collection Le Livre de Poche, page 71)
    • L’Évangile nous parle des pharisiens et des hérodiens. Pour le premier groupe, l’occupation de leur pays par l’armée romaine est interprétée comme une punition venant de Dieu. — (Agnès Von Kirchbach, Rendre à César, La Croix, page 12, 18-19 octobre 2014)
  2. (Péjoratif) (par suite de l'image dépréciative des pharisiens véhiculée dans les Évangiles) Personne qui n’a que l’ostentation de la piété ou de la vertu, généralement de façon hypocrite.
    • Rien d’autre n’existait – pas même sa religion pharisienne et fétichiste dont il ne restait que l’écorce. Tout avait été dévoré du dedans. — (François Mauriac, Un adolescent d’autrefois, Flammarion, 1969, page 135)
    • Cette distinction, pourtant « élémentaire », en effet, échappe apparemment à ces nouveaux pharisiens qui préfèrent, renouant ainsi avec une conception primitive et magique du langage, décréter certains mots tabous, tout comme ils s'offusquent davantage d'une image que de la réalité dont elle est supposée témoigner. — (Argument, vol. XXIV, n° 2, printemps-été 2022, pages 20-21)
  3. (Péjoratif) (par suite de l'image dépréciative des pharisiens véhiculée dans les Évangiles) Personne qui, sûre de soi, juge de haut, avec orgueil et dureté, les actions ou les opinions des autres.
    • À Rome, tout à côté du gouvernement central de l'Église, il était resté en marge, il avait fondé l’oratorio, foyer de ferveur et de joie, loin des vétilleux, des dogmatiques, des inquisiteurs-nés, des scribes et des pharisiens de son époque. — (Philippe Le Guillou, Le pape des surprises, Éditions Gallimard, 2015)

Synonymes modifier

Sens 2
Personne qui n’a que l’ostentation de la piété ou de la vertu

Apparentés étymologiques modifier

Traductions modifier

Adjectif modifier

Singulier Pluriel
Masculin pharisien
\fa.ʁi.zjɛ̃\
pharisiens
\fa.ʁi.zjɛ̃\
Féminin pharisienne
\fa.ʁi.zjɛn\
pharisiennes
\fa.ʁi.zjɛn\

pharisien \fa.ʁi.zjɛ̃\

  1. Qui appartient à la doctrine des pharisiens de l'antiquité juive.
    • Parallèlement à cet attachement foncier à l'héritage juif, on perçoit dans cet évangile un affrontement avec le courant pharisien, devenu après l'an 70 la composante dominante du judaïsme. — (Après Jésus. L'invention du christianisme, sous la dir. de Roselyne Dupont-Roc et Antoine Guggenheim, Albin Michel, 2020, p. 296.)
  2. (Péjoratif) (par suite de l'image dépréciative des pharisiens véhiculée dans les Évangiles) Pharisaïque, qui observe plus la forme que le fond.

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier