Voir aussi : Pieux

Étymologie

modifier
Du latin pius (« pieux, qui remplit ses devoirs envers la divinité, religieux, saint, sacré »). (Vers 980) pius.

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin pieux
\pjø\
Féminin pieuse
\pjøz\
pieuses
\pjøz\

pieux \pjø\

  1. Qui a de la piété ; qui est attaché aux croyances, aux devoirs et aux pratiques de la religion.
    • Les personnes vraiment pieuses doivent se faire un devoir de prier pour l’Église et d’honorer leur évêque; elles doivent aussi prier pour l’avantage spirituel et temporel de l’État, et honorer leur Souverain. — (Vies des saints pour tous les jours de l’année, 1846, note de bas de page 526)
    • Ah ! Chartres, n’est pas précisément ce qu’on appelle une ville pieuse. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Pieuse et bornée, Proserpine dont le mari était mort en poussant un soupir de soulagement s’était transformée en garde-chiourme pour élever son fils. — (Charles Exbrayat, La Désirade, Albin Michel, 1985, deuxième partie, chapitre 1)
  2. (Par extension) Qui sert aux exercices de piété.
    • En aucune province française on ne rencontre, autant qu’en Bretagne, de pieux monuments. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Image pieuse; médaille pieuse.
  3. Qui part d’un esprit touché des sentiments de la religion.
    • Bientôt paraît le kesksou (cous-cous) traditionnel, et nous l’attaquons avec un pieux bismillah (au nom de Dieu). — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 31)
    • Pensée pieuse. — Dessein pieux. — Pieuse méditation.
    • De pieux établissements. — De pieuses largesses.
  4. (Familier) (Ironique) Peu éclairé.
    • On a vu jusqu’ici ce qui se passa au village de Bun Hill, et comment le déluge des innovations submergea sa pieuse rusticité. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 118 de l’édition de 1921)
  5. (Par extension) Qui tient à la piété filiale et à certains autres sentiments humains de vénération.
    • Ses soins pieux ont prolongé la vie de son père.
    • On l’entourait avec un pieux respect.
    • J’ai conservé un pieux souvenir de ses vertus, de ses bienfaits.

Dérivés

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Homophones

modifier
  • pieu (pièce de bois ; lit)

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

Forme de nom commun

modifier

pieux \pjø\ masculin

  1. Pluriel de pieu.
    • Autour de Gouloux, les arbustes étaient attachés entre eux, une fois plaissés, avec un lien, sans l’aide de pieux. — (Claude Régnier, ‎Paule Bertrand, Les parlers du Morvan, volume 1, 1979, page 176)

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier

Références

modifier