Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Participe passé de sacrer.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin sacré
\sa.kʁe\

sacrés
\sa.kʁe\
Féminin sacrée
\sa.kʁe\
sacrées
\sa.kʁe\

sacré \sa.kʁe\

  1. (Religion) Qui concerne la religion, qui a pour objet le culte de Dieu ou des dieux.
    • Les choses sacrées. — Les lieux sacrés.
    • Les védas sont les livres sacrés de l’Inde. — Le Zend-Avesta est le livre sacré des sectateurs de Zoroastre.
  2. (Religion) Religieux, cultuel.
    • Qui n'a même reconnu un vestige des anciens cultes païens dans ces libations faites à des fontaines sacrées que leurs propriétés curatives ont rendues célèbres ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le bœuf sacré des égyptiens. — Les oies sacrées du Capitole. — Le feu sacré de Vesta.
  3. Vénéré ; vénérable ; qu’on ne doit pas violer, enfreindre ou divulguer.
    • La Convention, au milieu de sa lutte terrible contre le monde, contre la France qu’elle sauvait malgré elle, parmi les dangers personnels qu’elle courait, assassinée en détail, décimée et mutilée, elle ne lâcha pas prise, elle poursuivit obstinément ce sujet saint et sacré de l’éducation populaire; […]. — (Jules Michelet, Le Peuple)
    • J’ignorais […] quelles abominations pouvaient s’y perpétrer et jusqu’où se dégradaient les sentiments les plus sacrés.— (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
    • Tant qu’on n’enseignera pas une arachnologie dans les écoles, tant que les araignées ne seront pas regardées dans chaque maison comme des animaux sacrés, et conservées avec le même respect que les hirondelles et les cigognes, l'agriculture n'atteindra jamais à un haut degré de perfection. — (Heinrich Zschokke‎, Le fugitif du Jura, ou le Grison : simple épisode des troubles de la Suisse en 1799, tome 2, traduit de l’allemand par Adolphe Loève-Veimars, Paris, Charles Gosselin, 1829, page 103)
  4. Inviolable, intouchable, tabou.
    • L’homme n'est plus pour l’homme un objet si sacré : on a une idée moins grande de sa dignité quand l’autorité publique se joue de sa vie. — (Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante.)
  5. Sert d’épithète à des termes d’injure ou d’admiration ironique, pour leur donner plus de force. — Note : S'utilise aussi bien péjorativement que méliorativement.
    • Sacré Gérard ! Il nous étonnera toujours… - Sacré coquin !
    • C'est un Sacré filou!
  6. (Anatomie) Relatif au sacrum, sacral.
  7. Fameux.
    • C’était une sacrée fête !
    • Ah, lui, c’est un sacré type !
    • Il a vraiment un sacré caractère !
    • Il disait calmement, moi je serais toi, je ne ferais pas ça, si Éléo te voit, tu vas prendre une sacrée fessée, mais je continuais sans l’écouter la lente destruction du cadeau. — (Gérard Garouste, L’intranquille, 2009)

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun Modifier

sacré \sa.kʁe\ masculin singulier

  1. (Philosophie) Ce à quoi l’on doit un respect absolu.
    • Le professeur Durkheim disait dernièrement à la Société française de philosophie (11 février 1906) qu’on ne saurait supprimer le sacré dans le moral et que ce qui caractérise le sacré est d’être incommensurable avec les autres valeurs humaines ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre VI, La moralité de la violence, 1908, page 296)
  2. (Religion) Ce qui relève du religieux, du divin.
    • Le sacré et le profane.

PrononciationModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe sacrer
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
sacré

sacré \sa.kʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de sacrer.

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier