Voir aussi : Sentiment

Étymologie

modifier
(XIIe siècle)[1] En ancien français sentement[1], dérivé de sentir, avec le suffixe -ment[2][1]. (XVIe siècle) Forme moderne sentiment.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
sentiment sentiments
\sɑ̃.ti.mɑ̃\

sentiment \sɑ̃.ti.mɑ̃\ masculin

  1. Faculté que nous avons d’apprécier, de sentir directement certaines choses sans le secours du raisonnement, de l’observation ou de l’expérience.
    • Tout ce désordre fantastique et grimaçant au milieu des ténèbres et de l'humidité froide qui tombe comme un suaire, laisse dans le cœur et dans les nerfs un long sentiment d'horreur. — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, volume 2, 1866)
    • Nous aurions pu discuter à l'infini sans tomber d'accord sur la nécessité qu'évoquait l'inspecteur. C'était, en effet, plus au sentiment qu'à la raison qu'il appartenait, somme toute, de nous départager. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • J'ignorais […] quelles abominations pouvaient s'y perpétrer et jusqu'où se dégradaient les sentiments les plus sacrés. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
    • J'étais alors d'une candeur stupéfiante et d'une délicatesse de sentiment si raffinée que, pour recevoir galamment une « femme mariée » qui me venait voir, j'avais allumé toutes les bougies de mes deux candélabres. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
  2. Quelqu’une des affections, des passions, des émotions ; et généralement de tout phénomène de la vie affective.
    • Mais la raison est toujours mesquine auprès du sentiment ; l'une est naturellement bornée, comme tout ce qui est positif, et l'autre est infini. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Dans Thomas l’imposteur, il avait combiné à une apparence de psychologie « rudimentaire » des aperçus ou constats très fins et pénétrants, dépatinant les sentiments les plus convenus (amour, plaisir, ambition), les sortant du lieu commun. — (Pierre-Marie Héron, Cocteau, 2010, page 138)
    • La musique exprime les sentiments, mais elle serait bien empêchée de les définir, et, sans le commentaire des paroles, absent de la musique instrumentale, l’auditeur reste toujours dans un certain vague quant à la nature et à l'objet du sentiment dont s'est inspiré le musicien. — (Pierre Lasserre, Philosophie de Goût musical, Les Cahiers verts n° 11, Grasset, 1922, page 50)
    • J’éprouvai pour cet officier une sympathique confiance qui s'accentua, dans la suite de nos rapports. La fréquentation des Danois a toujours provoqué chez moi des sentiments de même nature. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Toutefois, si un magnanime sentiment de fraternité s'imposait sincèrement et définitivement, sans arrière pensée, à tous les esprits européens, alors nous n'aurions pas à nous inquiéter du cosmopolitisme marseillais, intéressant embryon de la civilisation future. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La grande forêt des Ardennes est une des plus chargée de mystères. […]. L'hiver, lorsque la neige a cessé de tomber depuis quelques jours, lorsque l’armée des sapins noirs immobiles se détache sur le sol blanc, le voyageur solitaire doit se défendre contre un sentiment de crainte, presque d'angoisse. — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, page 130)
    • être capable de sentiment, se piquer de sentiment, Avoir l’âme sensible, délicate, se piquer de sensibilité, de délicatesse d’âme.
    • Sentiments naturels, mouvements qui sont inspirés par la nature.
    • La tendresse des pères envers leurs enfants et celle des enfants envers leurs pères sont des sentiments naturels.
  3. Disposition à être facilement ému, touché ou attendri.
    • Feindre, jouer le sentiment.
    • Il agit trop par sentiment et trop peu par raison.
    • — Quand j’étais à Strasbourg, disait-il, j’avais pour secrétaire particulier un garçon charmant, qui eût fait un beau chemin dans la politique s’il n’avait point été attaqué au cœur par une maladie qui ne pardonne pas : le sentiment. Malgré toute son intelligence, il avait eu la sottise de mettre sa vie dans l’amour. — (Hector Malot, La Belle Madame Donis, 1873)
  4. (Vieilli) Action ou faculté de sentir, de recevoir des impressions.
    • Perdre le sentiment.
    • Il semble qu’il soit mort, il n’a plus de mouvement ni de sentiment.
    • Vous aviez été projeté contre la muraille, votre nuque est, paraît-il, fragile, de sorte que vous gisiez par terre, privé de sentiment. — (Pierre Benoit, La Chaussée des géants, 1922, Albin Michel, réédition Le Livre de Poche, page 392)
  5. Opinion qu’on a de quelque chose ; ce qu’on en pense ; ce qu’on en pressent.
    • Jusqu’ici, il s’était promené avec son fusil sous le bras, plein d’un sentiment d’altière sécurité. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 356 de l’édition de 1921)
    • Pavlov ne s'est pas borné à abdiquer simplement la psychologie en tant que science. Il voyait naître en lui le sentiment d'hostilité irréconciliable envers cette « alliée de la physiologie » qui n'a pas fait ses preuves. — (E. Asratian, I. Pavlov : sa vie et son œuvre, page 78, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1953)
    • Née d'un sentiment d'infériorité humiliant, une telle idée doit être surcompensée, transformée en sentiment de supériorité, jusqu'à faire surgir une allophobie autiste que l'individu égaré s'applique à lui-même dans une exaspération schizothyme. — (Manès Sperber, Les visages de l'histoire, Éditions Odile Jacob, 1990)
    • Derrière l’amertume de ses renvois d'estomac, il ressentait comme un sentiment diffus de corruption. — (Raymond Fiabane, L’escamoteur, Éditions Atramenta, 2015, p. 169)
    • Elle faisait face à l'étagère où étaient regroupés mes vinyles. J'ai eu le sentiment qu'elle était en train de juger ma discothèque et qu'à travers elle, elle me jugeait moi. — (Olivier Martinelli, Une Légende, E-fractions éditions, 2014, chapitre 5)
  6. (Chasse) Traces et odeurs laissées par un gibier.
    • Ses ruses et ses détours sont inutiles ; il n'a d'autre ressource que de fuir la terre qui le trahit, et de se jeter à l'eau pour dérober son sentiment aux chiens. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « Le Cerf », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 712)

Synonymes

modifier

Faculté à sentir :

Faculté de connaître sans raisonnement ou observation :

Phénomène de la vie affective :

Disposition à être touché :

Opinion, ce qu’on pressent :

Hyponymes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier
  • sentiment sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références

modifier

Étymologie

modifier
(XIVe siècle) De l’ancien français sentement, dont il avait le sens de « action de sentir » en moyen anglais. (XVIIe siècle) Du français sentiment, graphie et sens moderne[1]. Mot très en vogue au dix-huitième siècle.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
sentiment
\Prononciation ?\
sentiments
\Prononciation ?\

sentiment \Prononciation ?\

  1. Sentiment.
  2. Opinion, avis.

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. (En anglais) Douglas Harper, Online Etymology Dictionary, 2001–2020 → consulter cet ouvrage

Étymologie

modifier
Dérivé de sentir, avec le suffixe -ment.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
sentiment
\Prononciation ?\
sentiments
\Prononciation ?\

sentiment \Prononciation ?\ masculin

  1. Sentiment.

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun

modifier

sentiment \Prononciation ?\ masculin (graphie inconnue)

  1. Odeur corporelle.

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du français sentiment.

Nom commun

modifier

sentiment

  1. Sentiment.

Synonymes

modifier

Taux de reconnaissance

modifier
En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 96,2 % des Flamands,
  • 99,4 % des Néerlandais.

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]

Étymologie

modifier
Dérivé de sentir, avec le suffixe -ment.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
sentiment
\sentiˈmen\
sentiments
\sentiˈmens\

sentiment \sentiˈmen\ (graphie normalisée) masculin

  1. Sentiment.
    • Al dintre èri pas que fosca efervescéncia de sentiments contradictòris, de traïson, d’òdi, d’abandon, tot mesclat. — (Florian Vernet, Vida e engranatges, 2004 [1])
      À l’intérieur je n’étais qu’une trouble effervescence de sentiments contradictoires, de trahison, de haine, d’abandon, tout cela mélangé.

Prononciation

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
De l’allemand Sentiment.

Nom commun

modifier
Cas Singulier Pluriel
Nominatif sentiment sentimenty
Génitif sentimentu sentimentů
Datif sentimentu sentimentům
Accusatif sentiment sentimenty
Vocatif sentimente sentimenty
Locatif sentimentu sentimentech
Instrumental sentimentem sentimenty

sentiment \Prononciation ?\ masculin inanimé

  1. (Littéraire) Sentiment.

Synonymes

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Références

modifier