reconnaitre

Voir aussi : reconnaître

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin recognoscere, faire de la particule itérative re, et de cognoscere (connaitre).
Avant les rectifications orthographiques de 1990, ce mot s’écrivait uniquement « reconnaître ». Il peut désormais aussi s’écrire « reconnaitre ».
On écrivait reconnoître jusqu’en 1835, reconnoistre jusqu’en 1740, et plus anciennement recognoistre en moyen français.

Verbe Modifier

reconnaitre \ʁə.kɔ.nɛtʁ\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Se remettre dans l'esprit l'idée, l'image d'une personne, d'une chose, quand on vient à le revoir ou à l'entendre.
    • J'ai eu du mal à te reconnaitre avec cette coiffure.
  2. Connaitre, distinguer à quelque signe, à quelque caractère, d'après quelque indication, une personne ou une chose qu'on n'a jamais vue.
    • Plus instruit, j’aurais reconnu à coup sûr le sens caché de ces figures triangulaires dans la culture berbère, et conservées par l’artisanat gafsien : l’allusion au « delta fertile du corps de la femme », au « principe primaire de la vie », […]. — (Eric Fottorino, Berbères, éd. Philippe Rey, 2012, p. 20)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. Parvenir à connaitre, à apercevoir, à découvrir la vérité de quelque chose.
    • Il a été reconnu innocent à la suite du procès.
  4. Admettre une chose comme vraie, comme incontestable.
    • On a reconnu que la terre était ronde.
  5. Considérer, observer, remarquer.
    • Reconnaitre le terrain, les lieux.
  6. Avouer, confesser.
    • Il a reconnu sa faute, ses torts.
  7. Avoir de la gratitude.
    • Reconnaitre les bienfaits, les grâces qu'on a reçues.
  8. Récompenser.
    • Rendez-moi ce service, je le reconnaitrai dans l'occasion.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier