Français modifier

Étymologie modifier

(1794) Dérivé de terror, étymon latin de terreur, avec le suffixe -isme. Attesté pour la première fois en novembre 1794, il désigne alors la « doctrine des partisans de la Terreur ».

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
terrorisme terrorismes
\tɛ.ʁɔ.ʁism\
ou \te.ʁɔ.ʁism\

terrorisme \tɛ.ʁɔ.ʁism\ ou \te.ʁɔ.ʁism\ masculin

  1. Violences (attentats, assassinats, enlèvements, sabotages…) menées contre des civils, et destinées à frapper l’opinion publique.
    • Supprimer l’opposition dans un État, ou même simplement l’empêcher de se prononcer, de se produire, c’est chose extrêmement grave : l’invitation au terrorisme. — (André Gide, Retour de l’U.R.S.S., 1936)
    • S'il est un domaine où les pays occidentaux doivent aussi se serrer les coudes, c'est celui de la lutte contre le terrorisme. Forme de guerre moderne, ce dernier joue de la peur pour imposer ses vues. — (Alain Redslob, La traversée de la Seine : De Matignon à l’Élysée ?, Éditions France-Empire, 1987, chap. 4 , §. 3)
    • Ainsi, après que les autorités britanniques eurent appréhendé mon compagnon, David Miranda, à l’aéroport d’Heathrow, en application d’une loi anti-terrorisme, le gouvernement de Londres assimila expressément mes articles sur ces opérations de surveillance à du terrorisme, au motif que la publication des documents Snowden « est conçue pour influencer un gouvernement et s’effectue dans le but de défendre une cause politique ou idéologique. Cela tombe par conséquent dans le cadre de la définition du terrorisme ». C’est là une déclaration extrêmement claire, rapportant toute menace pesant sur les intérêts du pouvoir à du terrorisme. — (Glenn Greenwald traduit par Johan-Frédérik Hel Guedj, Nulle part où se cacher, JC Lattès, 2014, ISBN 978-2-7096-4615-4)
    • Comme l’indique le sens littéral du mot, le terrorisme est une stratégie militaire qui espère changer la situation politique en propageant la peur plutôt qu ‘en causant des dommages matériels. Cette stratégie est presque toujours le fait de groupes très faibles qui ne peuvent infliger de gros dommages matériels à leurs ennemis. — (Yuval Noah Harari, Restez calmes et ne vous laissez pas embobiner, journal Le Point, n° 2403, page 72, 20 septembre 2018)
    • À Oka et à plusieurs occasions depuis, notamment à Calédonia en Ontario, les warriors ont utilisé la violence et la menace de violence pour extorquer des concessions politiques aux gouvernements. C’est la définition même du terrorisme. — (Normand Lester, Les Proud Boys, des terroristes, les warriors eux?, site journaldequebec.com, 10 février 2021)
    • «Le terrorisme cherche la division, l' Europe est union. Le terrorisme est un nihilisme, l'Europe est un humanisme. Le terrorisme est une pulsion de mort, notre Europe est un élan de vie. Le terrorisme est un système de guerre, notre Europe est un programme de paix», a décliné le chef de l'État. «Il n'est pas de projet plus grand, plus beau, plus fort qu'il nous faille sans trêve continuer d'étayer», a souligné Emmanuel Macron à Versailles, devant les dirigeants européens réunis un peu plus tôt pour un sommet dédié notamment à l'invasion russe en Ukraine et la réponse à y apporter. Cet éloge de l' Europe a lieu à 30 jours du premier tour de la présidentielle avec parmi les rivaux d'Emmanuel Macron plusieurs eurosceptiques comme Marine Le Pen (RN) ou Eric Zemmour (Reconquête!). — (Le Figaro avec AFP, Face au terrorisme, Emmanuel Macron exalte le projet européen, Le Figaro, 11 mars 2022)
  2. (Vieilli) Régime de terreur politique.
    • Lutter contre le terrorisme est un devoir civique.

Apparentés étymologiques modifier

Dérivés modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Voir aussi modifier

Références modifier