Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIe siècle) De l’anglais tow (« tirer, remorquer »)[1] → voir touline, apparenté à l’espagnol toar ou encore à Tau (« corde ») en allemand ou plutôt du francique *tôgon (« tirer ») apparenté à l’allemand ziehen, et au vieux norrois toga[2][3].

Verbe Modifier

touer \twe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Marine) Faire avancer un navire en le tirant, haler une péniche, remorquer un navire, paumoyer une barque, etc.
    • Aussitôt un officier est envoyé auprès du gouverneur (...). Sa mission est de remercier en mon nom, M. le gouverneur de son attention délicate de nous envoyer ses chaloupes pour nous touer dans le port. — (Dumont d’Urville, Voyage au Pôle Sud, t. 6, 1844)

se touer transitif

  1. Se remorquer.
    • Se touer pour sortir d’un port, d’une rivière.

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

DérivésModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

  1. « touer », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  2. Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, Bonn, 1928
  3. Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, p. 3695b

BretonModifier

Forme de verbe Modifier

touer \ˈtuːɛr\

  1. Impersonnel du présent de l’indicatif du verbe touañ/touet/touiñ.