FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1080) Du latin vanitare, déverbal de vanitas (« vanité »). La forme transitive n’apparaît qu’en 1580.

Verbe Modifier

vanter \vɑ̃.te\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Louer, exalter.
    • Ce fut un événement parisien du plus haut chic. Les gazettes vantèrent, sur le mode pindarique, la richesse de la mariée, l’élégance entraînante du marié, l’extraordinaire probité, l’inépuisable bienfaisance et les goûts artistiques d’Alexandre de Gavinard. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • La moindre photographie nous apprend cent fois plus sur le Parthénon qu’un volume consacré à vanter les merveilles de ce monument. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre IV, La Grève prolétarienne, 1908, page 195)
    • Ainsi nous entraîne-t-on à la découverte de ces petits restaurants inconnus, dont on nous vante telle « spécialité » mystérieuse, simplement pour que nous puissions être les premiers à nous rengorger devant nos amis. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
  2. (Pronominal) S’attribuer des qualités, des mérites que l’on n’a pas.
  3. (Pronominal) (Avec de) Se glorifier, se faire honneur de.
    • Après s’être vanté d’avoir travaillé à éteindre les lampions célestes par un geste magnifique, il se donne les allures d’un matador aux pieds duquel va tomber le taureau furieux. — (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • Il affirme ainsi sa puissance, un peu par défi contre ceux de Vencimont ou de Vinemme, des Belges qui viennent se vanter en France de leurs forces pour enjôler les filles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Quel pensez-vous que soit l'objet de ces gens qui jouent à la paume avec tant d'application d'esprit et d'agitation du corps? Celui de se vanter le lendemain avec leurs amis qu'ils ont mieux joué qu'un autre. — (Blaise Pascal, Pensées)
    • Il m’a rendu des services, mais il s’en vante trop.
  4. (Avec de) Se faire fort de, prétendre être capable de.
    • Il s’était vanté de le faire consentir.
    • Il se vante d’en venir à bout.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France (Paris) : écouter « vanter [vɑ̃.te] »

HomophonesModifier

RéférencesModifier

AnagrammesModifier

Ancien françaisModifier

Verbe Modifier

vanter \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de venter.

RéférencesModifier

DanoisModifier

Forme de nom commun Modifier

Commun Singulier Pluriel
Indéfini vante vanter
Défini vanten vanterne

vanter \Prononciation ?\ commun

  1. Pluriel indéfini de vante.