Voir aussi : vilénie

Étymologie

modifier
(Date à préciser) Nom dérivé de vilain.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
vilenie vilenies
\vil.ni\
ou \vi.lə.ni\
ou \vi.le.ni\

vilenie \vil.ni\ ou \vi.lə.ni\ ou \vi.le.ni\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. (Désuet) Action de vilain.
    • Tu pourras, à la vérité, soumettre mes forces, car Dieu a créé la femme faible, […]; mais je proclamerai ta vilenie, templier, d’un bout de l’Europe à l’autre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. Acte d’une personne qui a des sentiments bas et laids.
    • Ces jugements contradictoires font écho à la complexité du personnage, à la fois batailleur, cupide, aveuglé par des chimères “ moyennageuses ” et pourtant d’une lucidité désespérée, rêvant de noblesse et se prêtant à des vilenies, contradictoire au point de finir sa vie dans un état semidélirant. — (Edmond Ortigues, Camps-la-Source Pays des chapeliers, 1993)
    • La Fontaine et La Bruyère n’énoncent rien de fatal ou d’éternel quant aux vilenies qu'ils peignent. — (Julien Benda, La trahison des clercs'', 1927, édition revue et augmentée, Grasset, 1946, page 194, note 2)
    • Jamais je n’ai vu Paul Deschanel faire une vilenie à qui que ce soit […]. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Sans omettre non plus les quelques couleuvres que la vie m’avait fait avaler et la collection de contractions du diaphragme et de spasmes d’estomac qui naissent de la découverte progressive de la vilenie des hommes. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 190)
    • On pouvait lire tout ce qu’il y avait eu derrière les murs, de lâchetés, de mesquineries, de vilenies et d’hypocrisies. — (Denis Veilleux, Tu pourras venir ici tout l’été, Productions Sainte-Claire, Québec, 2009, page 78)
  3. Parole injurieuse.
    • Il lui a dit toutes sortes de vilenies.
    • Cependant, les gamins ne passaient jamais devant sa porte, sans lui crier quelque vilenie, qu’il ne semblait même pas entendre. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
  4. Avarice sordide.
    • Sa vilenie le fait mépriser de tout le monde.
  5. Choses sans valeur, mises au rebut, déchets.
    • Cela consista d’abord à préparer de gentils paquets, bien enveloppés de papier blanc et bien attachés de faveurs roses ; dedans, on mettait des queues de cerises, des noyaux de prunes, de petites vilenies quelconques ; on jetait le tout sur le pavé et on se postait derrière les persiennes pour voir qui le ramasserait. — (Pierre Loti, Le Roman d'un enfant, 1890)

Variantes orthographiques

modifier

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier

Nom commun

modifier

vilenie \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de vilainie.