FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de âne, avec le suffixe -erie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ânerie âneries
\ɑn.ʁi\

ânerie \ɑn.ʁi\ féminin

  1. Grande ignorance de ce qu’on devrait savoir.
    • […] ; la confiance que les hommes du XVIIIe siècle avaient dans les capacités industrielles de l'État, paraît puérile à toutes les personnes qui ont étudié la production ailleurs que dans les insipides bouquins des sociologues; ceux-ci conservent encore fort soigneusement le culte des âneries du temps passé; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, page 141)
    • On reste bouche bée devant tant d’âneries. Mais ce sont à peu de choses près les mêmes âneries qui ont été proférées par Trump lui-même, il y a encore quelques jours. — (Loïc Tassé, Sauver Trump et sauver sa peau, Le Journal de Québec, 11 janvier 2021)
  2. Faute commise par l’effet de cette ignorance.
    • Bien sûr, il y a toujours des âneries dont l'étourdissante popularité témoigne de l'absence de la moindre contemplation de la valeur du temps, et d'une blessure que porte le genre humain : celle qui résulte d'un sentiment de division, d'isolement, d'ennui. — (Vincent Thibault, Satori à Hollywood, Carrefours Azur, Québec, 2017, page 13)
    • Les marins, dont les chalutiers tossaient contre les quais les rares voiliers qui osaient s'aventurer dans le port, explosèrent de rire ; ils s'étaient tous retenus jusqu'à la dernière ânerie du voileux. — (Ambroise Liard & ‎David Azencot, La fille d'Omaha, Éditions Toucan, 2018, chapitre 3)
  3. (Rare) Étable pour les ânes.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

PrononciationModifier

Canada (Québec, Mauricie, Shawinigan) : écouter « ânerie [Prononciation ?] »

Voir aussiModifier

RéférencesModifier