Ouvrir le menu principal
Voir aussi : grec, grèc

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin Graecus.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin Grec
\ɡʁɛk\

Grecs
\ɡʁɛk\
Féminin Grecque
\ɡʁɛk\
Grecques
\ɡʁɛk\

Grec \ɡʁɛk\ masculin (pour une femme on dit : Grecque)

  1. (Géographie) Habitant ou originaire de la Grèce antique ou moderne.
    • La première supposition est conforme à l’ancienne tradition des Grecs, qui croyaient que l’embrasement d’une forêt décela le fer au sommet du mont Ida, en Crète. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, p. 179)
    • Le mépris si profond que le Grec avait pour le Barbare, le Yankee l’a pour le travailleur étranger qui ne fait point d’effort pour devenir vraiment américain. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 337)
    • Pourtant je tiens jalousement à l’avertissement lancé par Homère aux Grecs dans L’Iliade et par Tyrtée dans les Élégies : « C’est une faiblesse déraisonnable que de se décharger sur la divinité de la responsabilité d’une morale et d’un ordre public » — Dieu, Allah ou quel qu’il soit. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Pour les Grecs, le cheval furieux est terrible à regarder et terrible à entendre, car le grincement des dents, le bruit du mors, rappellent le grondement des Érinyes […]. — (Bernard Terramorsi, Le Fantastique dans les nouvelles de Julio Cortazar : Rites, jeux et passages, Éditions L’Harmattan, 1994, page 38)
    • Il la contrôlait, c'était sûr. Il devait être grec, les Grecs sont dominants. — (David Goudreault, La bête à sa mère, Stanké, 2015, p. 178.)
  2. (Désuet) Nom donné, au XIXe siècle, à tout tricheur professionnel.
    • En effet, comment [le juge] pénétrera-t-il la trame subtile dont le Grec enveloppe ses dupes ? Comment saisira-t-il le flagrant délit des fourberies de cet escroc, s’il n’en connaît pas les manœuvres prestigieuses ? — (Jean-Eugène Robert-Houdin, L’art de gagner à tous les jeux : tricheries des Grecs dévoilées, Calmann Lévy, 1879, préface, page 1)
    • Être tricheur ou « Grec », ou « correcteur de la fortune » fait partie du jeu. — (Alain Jaubert, Casanova l’aventure, Gallimard, 2015)

NotesModifier

Ce mot est un gentilé : il désigne les habitants d’un lieu, les personnes qui en sont originaires ou qui le représentent (par exemple, les membres d’une équipe sportive).

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • Grecs sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • Grec dans la bibliothèque Wikilivres