Modèle:Entrée en lumière/9

Français

autrice

Étymologie

(1477-1478) Attesté d’abord sous la forme actrixe, ensuite (1503) auctrixe, puis (1524) sous la forme auctrice dans une lettre de Guillaume Briçonnet à Marguerite d’Angoulême. Puis sous le pluriel autrices en 1554 dans La Claire, de Louis Le Caron. Du latin auctrix (« agente, autrice, fondatrice, instigatrice », « conseillère », en droit « garante d’une vente »). Emprunt savant au latin, l’évolution phonétique classique du c devant t (k implosif devant t : factum qui donne fait) en roman et en ancien français n’a pas joué, elle était déjà achevée en moyen français, bien avant les premières attestations du mot.

Nom commun

Jocelyn Bell est l’autrice (sens 1) de la découverte des pulsars

autrice \o.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : auteur)

  1. Femme à l’origine de quelque chose.
    • Cette situation familiale, prise en compte dans le processus de personnalisation des peines au même titre que la personnalité de l’auteur ou de l’autrice, la gravité et les circonstances de l’infraction, fait que, dans bien des cas, la criminelle n’est pas seule à la barre — (Lucile Quillet, Les femmes, ces criminelles (presque) comme les hommes, dans Slate, 4 mars 2019 [texte intégral])
  2. (Littérature) Femme qui a rédigé un ouvrage de littérature, de science ou d’art.
  3. (Plus rare) Génitrice ; ascendante (Note : ce sens n’est plus guère utilisé que sous la forme de la locution « autrice de mes jours »).

Notes

Malgré son emploi jusque dans la première moitié du XXe siècle, le TLFi indique qu’auteur n’a pas de forme féminine. Le mot autrice a fait cependant son retour, à partir de 1996 comme féminin d’auteur dans le Petit Robert, 1996, sous une forme plus développée à partir du Petit Robert, 2003, ainsi que dans le Dictionnaire Hachette et L’Officiel du jeu Scrabble (ODS4) à partir de 2004. En 2019, l’Académie française juge qu’autrice est le féminin d’auteur « dont la formation est plus satisfaisante » et elle réhabilite le terme (souvent perçu à tort comme un néologisme), quarante ans après la recommandation de l’Office québécois de la langue française.
Lire la page autrice en entier